Le Gotha mondial des Affaires à Marrakech

Le Gotha mondial des Affaires à Marrakech

Le 35e Congrès mondial de la chambre de commerce internationale (ICC), le plus représentatif des forums de la communauté des affaires, a déjà son thème bien établi: il s’agit de la défense de la mondialisation à travers le sujet du jour, «pour une économie globale».
La réunion aura lieu du 6 au 9 juin 2004 à Marrakech, ville symbolique (c’est là que l’OMC a vu le jour). Plus de 250 dirigeants d’entreprises seront présents dans ce qui est présenté comme le rendez-vous international des responsables économiques de cette année. Ont confirmé leur participation, les P-dg de General Electric, Skoda Auto, Axa, Unilever, Vodaphone, Lafarge, Cap Gemini, Pepsico, etc. Parmi les leader politiques et les personnalités publiques, le Dr Suppachai Panitchpakdi, directeur général de l’OMC, Pascal Lamy, Commissaire européen au Commerce ou encore Valéry Giscard d’Estaing, président de la Convention sur l’avenir de l’Europe. Bref, une palette de dirigeants d’entreprises et de décideurs dont certains sont des habitués du forum de Davos. Au menu des travaux de ce 35e congrès, un état des lieux de l’économie mondiale et un examen des problèmes majeurs liés à la relance. Propositions seront adressées notamment aux décideurs politiques sur les voies et moyens de dynamiser l’activité économique mondiale. Le timing du congrès, à quelques jours du Sommet du G8, prévu à Sea Island, aux Etats-Unis n’est pas innocent.
L’événement intervient aussi juste après l’élargissement de l’Union européenne à dix nouveaux membres. Autres thèmes à l’ordre du jour, les moyens de sortir l’économie mondiale de l’enlisement né du cycle de négociations de l’OMC à Doha, l’impact de la nouvelle Europe élargie sur les échanges et les affaires au niveau mondial et le terrorisme.
Les déclarations qui seront issues de ce sommet seront soumises au G8. L’ICC compte 10.000 sociétés membres dans plus de 80 pays. C’est le porte-parole du monde des affaires internationales. Le président de cette assemblée n’est autre que Jean-René Fourtou, le P-dg de Vivendi.
“Nous voulons que cette réunion soit l’occasion d’adresser un message clair aux dirigeants du G8 sur les mesures attendues par les responsables économiques pour dynamiser l’économie mondiale” a dit M. Fourtou. “Nous voulons les voir prendre des initiatives et leur rappeler leurs responsabilités à l’égard de la majorité de la population mondiale qui vit en dehors des pays du G8”.
Lors de cette manifestation, les résultats d’un sondage mené auprès des leaders internationaux du monde de l’entreprise, effectué conjointement par l’ICC et l’institut économique allemand (IFO) seront présentés au public. Pour le P-dg de Vivendi comme pour la plupart des dirigeants de grandes entreprises, il s’agit de présenter à l’opinion publique mondiale -qui fait souvent preuve d’un grand scepticisme lorsqu’il est question des avantages de la mondialisation- un visage plus souriant de ce processus de globalisation.
L’une des raisons d’être de l’ICC, née sur les décombres de la Première Guerre mondiale, c’est la création d’un système d’échanges multilatéral fondé sur des règles communes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *