Le gouvernement croate affronte une motion de censure

Le gouvernement croate affronte une motion de censure

Le Parlement croate s’est réuni mercredi pour débattre d’une motion de censure déposée par l’opposition contre le gouvernement de Jadranka Kosor en raison de la contraction économique et de la corruption. Le vote ne devrait pas, toutefois, mettre en péril la majorité rassemblée autour de l’Union démocratique croate (HDZ, conservateurs pro-européens) qui avec ses partenaires de coalition dispose de 82 sièges dans une Assemblée comptant 153 députés au total. Le soutien d’au moins 77 députés est nécessaire pour le succès de l’initiative, engagée par la plus importante formation de l’opposition, le Parti social-démocrate (SDP). Mme Kosor, 57 ans, a pris les rênes du gouvernement croate en juillet 2009, après la démission soudaine et le retrait de la politique de son prédécesseur, Ivo Sanader. Ce dernier, exclu du HDZ début 2010, après avoir critiqué la politique de Mme Kosor, a regagné la semaine dernière son siège au Parlement. La presse locale estimait ces derniers jours que M. Sanader pourrait attirer dans son camp quelques élus du HDZ, mais le parti a réaffirmé son ferme soutien à Mme Kosor. Le HDZ dirige le pays depuis 2003, après avoir été dans l’opposition pendant quatre ans. Frappée par la crise économique mondiale, l’économie croate s’est contractée de 5,8% en 2009. La tendance négative s’est poursuivie en 2010, avec un recul du Produit intérieur brut (PIB) de 2,5% au premier trimestre sur un an et de 2,5% supplémentaires au second trimestre. Le taux de chômage était de 16,4% en août. Le gouvernement table sur un déficit budgétaire de 4,2% du PIB en 2010, soit environ 1,9 milliard d’euros. Observée par l’Union européenne, à laquelle elle souhaite adhérer vers 2012, la Croatie a redoublé d’efforts ces derniers mois dans la lutte contre la corruption.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *