Le gouvernement lève les barrières douanières

Le gouvernement lève les barrières douanières

Deux semaines après avoir brandi son intention de suspendre les droits de douane sur le blé tendre, le gouvernement vient de mettre à exécution ses menaces. À partir du samedi 16 août 2008, le gouvernement lèvera donc les barrières douanières sur ces produits céréaliers. Un communiqué du ministère de l’Agriculture et de la Pêche maritime souligne que cette mesure a été prisé pour maintenir un approvisionnement normal à la veille du mois de Ramadan et pour garantir une bonne visibilité.  Cette décision vient pour mettre fin à la spéculation que connaît le marché du blé tendre. Actuellement, le prix du quintal a dépassé les 350 dirhams, soit 50 dirhams de plus que le prix référentiel fixé par le ministère de tutelle.
Cette année, pour la commercialisation de ces produits céréaliers, un nouveau régime a été mis en place par le département d’Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture et de la Pêche maritime. Du 1er juin à fin septembre 2008, le prix référentiel a été fixé à 300 dirhams le quintal pour une qualité standard, soit une hausse de 20 % par rapport à la campagne agricole précédente. Au lieu donc du prix référentiel de 300 dirhams, le quintal de blé est vendu à 350 dirhams. Le gouvernement suspendra ainsi les droits de douane pour profiter du prix du quintal de blé à l’international qui est de moins de 260 dirhams.     
En levant les barrières douanières, le ministère de l’Agriculture et de la Pêche maritime veut veiller aussi sur l’intérêt des agriculteurs et des intervenants dans le commerce des céréales.
«Dans le but d’éviter toute répercussion négative des importations sur la commercialisation de la production nationale, le gouvernement a décidé de permettre aux organismes stockeurs d’offrir à l’Office national interprofessionnel des céréales et légumineuses (ONICL) les quantités de blé tendre de la production nationale collectées entre les 16 et 31 août 2008 au prix référentiel de 300 dh/ql pour une qualité standard, toute charge, marge et taxe comprises», précise le ministère de tutelle dans un communiqué de presse.
De plus, l’Etat prendra en charge le coût du transport de ce blé entre le dépôt de ces organismes et les minoteries industrielles destinataires. Le gouvernement s’engage aussi à faire bénéficier les quantités en question de la prime de magasinage jusqu’à leur écoulement.
Selon le ministère de l’Agriculture et de la Pêche maritime, la quantité collectée est insuffisante pour satisfaire les besoins des minoteries industrielles. En effet, la production a atteint, au 22 juillet dernier, près de 7,6 millions de quintaux, soit une baisse de 27 % par rapport à la moyenne quinquennale. Au 16 juillet 2008, les disponibilités intérieures en blé tendre sont évaluées à plus de 9 millions de quintaux, une quantité qui permet la couverture des besoins d’écrasement des minoteries industrielles pour environ trois mois, selon le département de tutelle.  Pour cet exercice, la production des céréales a marqué une progression, en volume, de 113 % par rapport à la campagne précédente, pour s’établir à près de 50 millions de quintaux. Mais, la production reste en deçà de 3 % par rapport à la moyenne nationale au cours de ces dix dernières années, qui est de 51,5 millions de quintaux.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *