Le HCP le confirme au troisième trimestre 2016: La croissance économique tirée par les activités de services

Le HCP le confirme au troisième trimestre 2016:  La croissance économique tirée par les activités de services

La demande intérieure se serait inscrite, selon le HCP, en augmentation au titre du troisième trimestre de l’année. La progression relevée dans ce sens est de 4,2% contre 0,1% observée à la même période de l’année précédente.

Faible accroissement de l’économie marocaine à fin septembre. Le ralentissement du rythme de croissance a été nettement ressenti au troisième trimestre 2016. La croissance s’est située autour de 0,8% à fin septembre contre 4,1% observée à la même période de l’année précédente. C’est ce qui ressort des derniers comptes nationaux établis par le Haut- Commissariat au plan. La croissance au troisième trimestre de l’année a été principalement tirée par les activités de services au moment où le secteur primaire a vu sa valeur ajoutée se rétracter de 10,9%. Le troisième trimestre a également été marqué par un ralentissement du rythme de croissance de la valeur ajoutée du secteur secondaire.

Cette dernière est passée de 1,8% au troisième trimestre 2015 à 0,9% à fin septembre 2016.  Et pour cause : le faible accroissement des valeurs ajoutées de l’électricité et eau, des industries de transformation, du bâtiment et travaux publics. La valeur ajoutée de l’industrie d’extraction a pour sa part connu une baisse au troisième trimestre fléchissant de 1,4% à fin septembre. Par ailleurs, le secteur tertiaire a vu son rythme de croissance grimper. La progression relevée dans ce sens est de 2,5% contre 1,2% une année auparavant. Le Haut-Commissariat au Plan constate dans ce sens un redressement de la valeur ajoutée des hôtels et restaurants, passant ainsi d’une baisse de 1,6% en septembre 2015 à une hausse de 7,7% à fin septembre 2016. L’amélioration a également été constatée, entre autres, au niveau de la valeur ajoutée des transports (3,5%), des services rendus par l’administration publique générale et sécurité sociale (2,2%), du commerce (1,9%) ainsi que des services de l’éducation, de la santé et de l’action sociale (1,7%). S’agissant de la demande intérieure, elle se serait inscrite, selon le HCP, en augmentation au titre du troisième trimestre de l’année. La progression relevée dans ce sens est de 4,2% contre 0,1% observée à la même période de l’année précédente. «les dépenses de consommation finale des ménages ont connu une hausse de 2,9% au lieu de 2,5%, contribuant pour 1,7 point à la croissance au lieu de 1,5 point. La consommation finale des administrations publiques, de son côté, a enregistré un ralentissement de son rythme de croissance passant de 1,5 à 1,1%, avec une contribution à la croissance de 0,2 point au lieu de 0,3 point», apprend-on du Haut-Commissariat au Plan. Et d’ajouter que «la formation brute de capital fixe (FBCF) s’est accrue de 5,7% au lieu de 2,4%  la même période de l’année passée, avec une contribution à la croissance de 1,6 point au lieu de 0,7 point».

En revanche, le Haut-Commissariat au plan souligne une contribution négative des échanges extérieurs, se situant à 3,7 points contre une contribution positive de 4 points le même trimestre de l’année précédente. Au troisième trimestre 2016, la balance commerciale s’est penchée en faveur des importations. «Les exportations ont affiché une hausse de 3,7% durant le troisième trimestre 2016 au lieu de 5,4% une année passée, alors que les importations ont connu un net accroissement de 11,9% au lieu d’une baisse de 4,6%», explique le HCP. Le Haut-Commissariat au Plan a relevé, dans ses derniers comptes nationaux, une hausse du besoin de financement de l’économie nationale, passant de 1,1 à 4,3% du Produit intérieur brut. Le revenu national brut disponible a progressé au troisième trimestre de 3,9% contre 5,8% la même période de l’année précédente.  L’épargne nationale s’est située pour sa part à 27,2% du Produit intérieur brut contre 27% une année auparavant, et ce compte tenu de la croissance de la consommation finale nationale en valeur de 4% au lieu de 2,7%.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *