«Le marché boursier se situera entre 15 et 20% en 2008»

«La dynamique des introductions en Bourse devrait s’accélérer en 2008». tel est l’horizon que brossent les analystes de BMCE Capital pour la place boursière au terme des douze prochains mois. Les arguments de cette prévision résident dans le fait que le marché séduit plus d’une entreprise, en ce sens que plusieurs entreprises ont déjà manifesté leur intérêt à une éventuelle entrée en Bourse en 2008. À ce titre, l’analyse de BMCE Capital cite notamment Delattre Levivier Maroc, Delta Holding, Finatech Group, Hyper S.A, Chaabi Lil Iskane, et d’autres. Bémol. «l’assèchement des liquidités sur le marché monétaire pourrait induire une augmentation des taux d’intérêt», redoutent les analystes, et ce, même si l’on prend en compte la décision de la banque centrale, à l’issue de la réunion de son conseil en date du 25 décembre, relative au maintien de son taux directeur au seuil de 3,25%. Tout de même «la hausse attendue devrait ne pas être suffisante pour infléchir la tendance haussière de la Bourse de Casablanca», prévoit la même source. Notons que cette hausse prévisionnelle a été tracée à un maximum de 1 point au premier semestre de 2008.
Sur un autre volet, la fiscalité est également pointée du doigt par les analystes. Dans cette logique, il est attendu que le changement de fiscalité influence le degré de volatilité de marché. La raison en est que les institutionnels «seraient enclins à réaliser plus rapidement des prises de bénéfices à court terme sur le portefeuille non  stratégique», dépourvus qu’ils seront d’incitations fiscales. Car jusqu’ici ils tiraient profit d’abattements en fonction de la période de détention des titres.  Sous un angle global, «et tenant compte de la croissance de la capacité bénéficiaire prévisionnelle des sociétés cotées pour l’année à  venir estimée à 15,5% (hors effet de la baisse de l’IS), la performance escomptée du marché boursier marocain devrait osciller  entre 15% et 20% en 2008», concluent les analystes. A la bourse de Casablanca, par contre, les attentes sont plus optimistes. «nous espérons que l’année 2008 sera presque identique si ce n’est meilleure que l’année 2007. Cela dépendra évidemment du degré d’évolution des sociétés cotées en termes de développement, de développement du chiffre d’affaires et de résultats des souscriptions. 
Cela dépendra aussi de l’attrait de certaines sociétés qui viendront intégrer le circuit boursier à travers une hausse substantielle des souscripteurs et des investisseurs», avait déclaré à ALM Omar Drissi Kaitouni, membre du directoire de la bourse de Casablanca. Et d’ajouter qu’ «en dernier lieu, cela dépendra évidemment de tout ce que la Bourse pourra offrir à ces investisseurs en termes de produits, de services et de réglementation afin de protéger leur épargne et leurs investissements et leur offrir toutes les perspectives de rentabilité et de croissance».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *