Le marché : Des initiatives salutaires mais…..

Bien des initiatives de rapprochement interarabe dans divers domaines économiques et financiers ont vu le jour, mais la majorité des projets n’ont pu être menés à bout. La rigueur qu’impose cette dynamique n’a jamais été respectée par les différentes parties. À chaque fois, le développement de relations économiques et financières horizontales, tant souhaité par les pouvoirs publics des différents pays arabes et les gouvernements des puissances étrangères, bute sur des obstacles pour le moins qu’on puisse dire surmontables !
À chaque occasion, les entreprises et les entités financières bancaires ou non bancaires de tous les pays arabes dénoncent la rigidité des lois et des législations organisant la vie économique et financière au sein de leurs pays. Elles avancent que leur développement transfrontalier est paralysé par les multiples obstacles à l’entrée à différents secteurs dans beaucoup de pays. Mais d’aucuns oublient que les diverses lois et législations peuvent être adaptées, sinon créées, si les opérateurs économiques et financiers arabes imposent une dynamique d’alliances stratégiques et de rapprochement de toutes sortes.
La démarche entreprise par les industriels et les financiers européens pendant les prémisses de la construction de l’Union européenne est extraordinaire à plus d’un égard. On ne saurait ici en expliciter les faits, mais l’on retient qu’ils étaient en grande partie responsables de la réussite du projet européen. Par leur volonté et leur détermination de réaliser un projet qualifié d’utopique à l’époque, les milieux économiques et affairistes ont su imposer leurs propres règles de jeu, mais toujours dans la légalité et le respect des intérêts économiques et financiers des différents pays.
Conséquence, les développements transfrontaliers opérés, ont tracé à leurs autorités de tutelle la voie à emprunter pour adopter le cadre juridique approprié aux diverses formes de rapprochements et d’associations. La volonté des politiques européens de construire une union avait certes joué dès le début, mais elle n’a pas était décisive.
Les politiques arabes ont ouvert le bal à maintes reprises, tant par la signature de conventions bilatérales ou multilatérales que par la multiplication des partenariats. La balle est aujourd’hui dans le camp des milieux économiques, bancaires et financiers.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *