Le marché : Une mystérieuse complicité

Les compagnies d’assurances, pour les besoins de gestion de leur trésorerie, ont confié, depuis quelques années, des capitaux à des sociétés de gestion d’actifs de la place. Ces dernières en ont constitué ce qu’elles appellent dans leur «jargon» des fonds dédiés.
En d’autres termes, des fonds réservés exclusivement à leur client propriétaire du fonds. Celui-ci peut souscrire ou racheter des parts à l’occasion de la gestion de ses liquidités. Des contrats de gestion ont été élaborés, arrêtant des modalités de gestion et des obligations contractuelles d’information devant êtres respectés.
Aujourd’hui, on se demande quelle est la raison principale qui pousse beaucoup de compagnies d’assurances à liquider ces fonds bien qu’ils présentent de multiples avantages. D’abord des avantages réglementaires : liquidité assurée, risque maîtrisé et fiscalité réduite. Ensuite, ne possédant pas les outils adéquats et les compétences nécessaires, ce mode de gestion externalisée leur permet d’éviter des charges importantes. Interrogés sur la principale raison qui les pousse à adopter une telle démarche, aucun responsable ne voulait se prononcer sur la question. Ils invoquent tous que c’est une démarche stratégique et que ces détails ne peuvent être divulgués. Mais à en croire le propos de quelques initiés, il s’est avéré que beaucoup de dérapages sont commis dans la gestion de ces fonds. Les taux de rendement ridicules que leurs rapportent ces fonds sont une conséquence directe de choix d’investissement peu déontologiques. Ces taux de rentabilité sont minimes non pas à cause d’une quelconque situation du marché, loin s’en faut, mais essentiellement à cause d’irrégularités déontologiques flagrantes que pratiquent des sociétés de gestion. Elles privilégient, dans leur gestion, la dynamisation des performances des fonds commercialisés au détriment des fonds dédiés.
Ne trouvant aucun moyen de recours que celui de liquider ces fonds, on se demande pourquoi les compagnies d’assurances ne veulent pas dénoncer ces irrégularités. Y a-t-il des variables que nous ignorons ? pour le moment aucune explication valable ne nous est communiqué, ni de la part des responsables des compagnies qui ont liquidé leurs fonds ni de celui des responsables des sociétés de gestion.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *