Le Maroc améliore sa performance économique: Optimisme mesuré de Mohamed Boussaid

Le Maroc améliore sa performance économique: Optimisme mesuré  de Mohamed Boussaid

«Résilience» est le titre phare de l’année 2014. C’est ce qu’on peut déduire de l’intervention de Mohamed Boussaid en marge du Conseil de gouvernement tenu jeudi 5 mars à Rabat. Le ministre de l’économie et des finances a dressé un bilan provisoire de l’activité économique du pays. Une performance qui semble être positive rompant ainsi avec la morosité observée durant les années précédentes.

Le Maroc fait encore une fois face aux chocs extérieurs et améliore ses indicateurs. Et pour preuve : un taux de croissance de 3% ainsi qu’une inflation maîtrisée à hauteur de 0,4%. Les résultats préliminaires de l’économie nationale au titre de 2014 démontrent également une absorption du déficit commercial. L’écart a été réduit, selon le ministre de l’économie, de 6% au moment où la couverture des importations par les exportations s’est améliorée de 3,9% passant ainsi de 48,3 à 51,7% à fin 2014. «Les résultats positifs enregistrés relatifs au compte courant sont le fruit des performances distinguées des secteurs porteurs et le bon comportement des Métiers Mondiaux du Maroc», indique dans ce sens le ministre.

En étalant les réalisations, M. Boussaid a dévoilé une hausse de 26,5% des exportations automobiles se révélant ainsi en tant que premier secteur exportateur au Maroc. Le secteur de l’électronique arrive en deuxième position avec une ventilation positive de 26,2% au moment où les secteurs de l’aéronautique et textile ont progressé respectivement de 3,2 et 3,9%.
De même, les exportations nationales ont connu une amélioration en 2014. Selon, M. Boussaid, elles ont grimpé de 7,2% tandis que les importations ont affiché une stabilité due à la réduction substantielle de la facture énergétique au cours des derniers mois de 2014.

Quant au déficit du compte courant, le ministre a souligné une amélioration passant ainsi de 9,7% en 2012 pour atteindre 5,8% en 2014. Cette performance est attribuée à la hausse de 2,3% des transferts des Marocains résidant à l’étranger et à l’augmentation de 7,8% des flux nets des investissements étrangers.

Le ministre a, par ailleurs, affirmé dans sa présentation que le Maroc est sur la bonne voie pour rétablir progressivement les équilibres macroéconomiques. Pour illustration : le déficit budgétaire s’est inscrit conformément à l’objectif tracé dans la loi des Finances, soit une part de 4,9%. «Le budget s’est inscrit depuis 2007 en baisse pour d’innombrables raisons notamment les chocs qu’a connus l’économie marocaine à cause des crises internationales, notant que depuis la fin 2013 une réduction graduelle du déficit budgétaire a été enregistrée, atteignant 5,2% en 2013, 4,9% en 2014 et 4,3% prévus en 2015», commente dans ce sens Mohamed Boussaid.

Et d’ajouter que «2014 a connu une réduction de l’évolution rapide de l’endettement qui a enregistré une augmentation moyenne de 4,1% au cours des années précédentes. Le taux d’endettement a atteint 63,5% en 2013 et n’a pas dépassé 63,9% en 2014, soit une quasi-stabilité».

Rappelons que le Maroc, n’ayant enregistré aucune perturbation d’exécution de budget en 2014, a connu l’amélioration du déficit courant, des recettes fiscales, de la mobilisation des dons des pays du Golfe ainsi que la réduction des dépenses particulièrement celles relatives à la compensation et ayant connu un repli de 21,5 % au cours de cet exercice.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *