Le Maroc appliquera-t-il deux taux directeurs ?

Le Maroc appliquera-t-il deux taux directeurs ?

En plus du taux directeur officiel de 2,25%, un autre taux préférentiel sera appliqué pour les crédits d’investissement

Retenir un scénario avec deux taux va permettre de mieux canaliser l’effort public sur le plan financier vers les principales cibles, à savoir les investisseurs, notamment les PME et les jeunes entrepreneurs.

Bank Al-Maghrib a fini par lâcher du lest concernant le taux directeur ou… presque. Le pays se retrouve, en effet, dans une situation inédite avec pratiquement deux taux directeurs appliqués par les autorités monétaires. En plus du taux directeur officiel de 2,25%, resté inchangé depuis le dernier conseil d’administration fin 2019, un autre taux préférentiel sera appliqué pour les crédits d’investissement d’à peine 1,25% pour les banques qui devraient à leur tour accorder des crédits aux investisseurs. La décision a été révélée à l’occasion de la présentation du «Programme intégré d’appui et de financement des entreprises» (DAAM).

Concrètement, l’Etat va mettre en place un mécanisme de refinancement illimité par Bank Al-Maghrib de tous les crédits bancaires, qu’il s’agisse de crédits d’exploitation ou d’investissement. Et plus concrètement encore, l’Etat va appliquer un taux d’intérêt préférentiel de 1,25% dans le cadre du mécanisme de refinancement des banques des catégories cibles.

C’est carrément moins 100 points en comparaison avec le taux directeur officiel. Ceci pousse les responsables à affirmer qu’il s’agit du taux d’intérêt le plus bas jamais atteint par la banque centrale. Si les négociations ayant accompagné l’élaboration du dispositif de financement restent secrètes pour le moment (l’Etat va intervenir dans un second niveau via la Caisse centrale de garantie (CCG) pour la garantie des prêts octroyés), la décision d’accorder un taux préférentiel pour la location d’argent n’est pas fortuite et reste dans la même lignée des schémas retenus jusqu’ici par les autorités monétaires du pays. Autrement, le fait de retenir un scénario avec deux taux va permettre de mieux canaliser l’effort public sur le plan financier vers les principales cibles, à savoir les investisseurs, notamment les PME et les jeunes entrepreneurs.

Les responsables verrouillent ainsi la baisse du taux de location de l’argent pour ne pas voir les efforts consentis aller plus vers les crédits à la consommation ou les crédits particuliers d’une manière générale. Il existe par ailleurs une autre raison ayant conduit à appliquer un taux préférentiel pour l’investissement à côté du taux directeur officiel. Là également, les autorités financières restent fidèles à elles-mêmes en préférant garder la main sur le choix des dossiers d’investissement retenus. Le but est surtout de protéger les catégories d’épargnants.

Car une baisse générale du taux directeur aurait pu faire baisser mécaniquement le taux créditeur servi aux épargnants contre le placement de leur épargne. Le sujet avait été soulevé par wali de Bank Al-Maghrib il y a quelques mois au sujet des raisons ayant conduit la banque centrale à maintenir son taux directeur officiel au même niveau malgré les appels de certains acteurs du marché financier. Reste à savoir si durant les mois à venir, les mêmes acteurs ne vont pas appeler à une harmonisation du taux directeur avec le taux préférentiel pour sortir certains secteurs de la léthargie dans laquelle ils se retrouvent il y a quelques années déjà…

Programme

Lors de la cérémonie de présentation du «Programme intégré d’appui et de financement des entreprises», le ministre de l’économie, des finances et de la réforme de l’administration a prononcé une allocution devant le Souverain dans laquelle il a souligné que juste après le discours du Souverain à l’ouverture de l’actuelle session parlementaire, le 11 octobre dernier, et en exécution des Hautes orientations royales concernant la facilitation de l’accès des entreprises au financement, plusieurs réunions entre le gouvernement, Bank Al-Maghrib et le secteur bancaire ont été tenues et ont donné lieu à l’élaboration du «Programme intégré d’appui et de financement des entreprises».

Ce programme s’articule autour de trois principaux axes, à savoir le financement de l’entrepreneuriat, la coordination des actions d’appui et d’accompagnement de l’entrepreneuriat au niveau des régions et l’inclusion financière des populations rurales, a poursuivi M. Benchaâboun, notant que ce programme comporte plusieurs mesures destinées à contenir et à dépasser les difficultés qui entravent l’accès au financement des jeunes porteurs de projets et des Très petites et petites entreprises.

Taux

Lors de son dernier conseil d’administration qui remonte au 17 décembre 2019, Bank Al-Maghrib avait estimé que le niveau du taux directeur de 2,25% reste «approprié». Après avoir analysé l’évolution récente de la conjoncture économique et les projections macroéconomiques, la banque centrale a donc décidé de le maintenir inchangé.

Au cours de cette réunion, qui s’est tenue mardi 17 décembre à Rabat, l’institution avait, par ailleurs, approuvé les mesures spécifiques devant être mises en place par la banque dans le cadre du programme d’appui à l’entrepreneuriat. Concernant l’inflation, BAM avait expliqué qu’après un niveau enregistré de 1,9% en 2018, elle a connu une forte décélération au cours des dix premiers mois de 2019, en lien principalement avec le recul des prix des produits alimentaires. Selon les prévisions de la banque centrale, l’inflation devrait terminer l’année avec une moyenne de 0,3%, mais s’accélérerait à 1,1% en 2020 et à 1,4% en 2021.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *