Le Maroc au WTM

L’industrie des voyages s’est donnée rendez-vous à Londres du 10 au 13 novembre à l’occasion de la 35e édition du WTM (World Travel Market). L’environnement est particulier, marqué par la morosité. En 2002, les recettes du tourisme mondial ont augmenté de 0,3%. Mais la menace terroriste qui pèse sur bien des régions et la crise du secteur aérien ne permettent pas d’avoir une vue dégagée de l’horizon. Quoi qu’il en soit, le WTM servira de baromètre. Deuxième manifestation touristique dans le monde en termes de volumes, juste derrière l’ITB de Berlin, ce salon réunit cette année 180 pays dont le Maroc. L’ONMT, la RAM et les conseils régionaux du Tourisme, y sont présents en force à travers un stand de 160 m2, comprenant plus d’une dizaine d’espaces destinés aux professionnels. L’objectif pour le Maroc, pays où le nombre d’arrivées des Britanniques ne dépasse pas en moyenne 160 000 par an, c’est d’améliorer son score sur ce marché.. D’où la nécessité d’un repositionnement. La faiblesse du budget de promotion et la carence en liaisons aériennes constituent les principaux facteurs de blocage de la reprise du marché émetteur britannique sur le Maroc. Le budget alloué à ce pôle est de seulement 31 millions d’euros, contre plus de 45 en France et en Allemagne, deux marchés dont les dotations sont régulièrement en hausse. Cette année, la reprise du marché britannique est encore loin, avec une régression dépassant 15%. Pourtant, contrairement à l’Allemagne, où la tendance des voyages est à la baisse à l’extérieur des frontières de l’UE, le marché britannique est en pleine expansion. D’un avis général, cette foire professionnelle offre des conditions optimales pour nouer des contacts de très bonne qualité avec les représentants de l’industrie du voyage issus du monde entier. C’est ainsi que les deux premiers jours seront réservés aux visiteurs qui sont membres du « Meridian Club », c’est-à-dire aux représentants ayant un pouvoir décisif au sein de leur entreprise ou organisme. En outre, il convient de souligner encore l’importance grandissante du marché britannique pour l’industrie du tourisme. Les derniers recensements statistiques démontrent d’ailleurs que le nombre des nuitées britanniques en 2001 a encore augmenté de 8 % par rapport à 2000, soit le taux de croissance le plus important par rapport à tous les marchés européens. La stratégie retenue par le Maroc concernant ce marché est axée sur la recherche du tourisme de qualité. Comme l’a défini Mme Fathia Bennis, directrice générale de l’ONMT, lors de la journée d’étude sur le marché britannique, le Maroc qui a pleinement réalisé son potentiel sur les segments de tourisme centré sur les niches de haute valeur ajoutée, entend s’adresser à la haute frange du segment du tourisme de masse. Dans ce cadre, le choix du Maroc est d’attirer le maximum de visiteurs d’autres marchés émetteurs de touristes tel le marché du Royaume-Uni et d’Irlande, le deuxième du monde après l’Allemagne. Une nouvelle stratégie marketing concurrentielle destinée à la fois au grand public et aux Tours Opérateurs de ce marché a été mise en place. L’arrivée, dans les prochaines années, d’une offre balnéaire massive est à même de répondre aux demandes des touristes britanniques permettra ainsi au Maroc de tirer profit de l’énorme potentiel que recèle ce marché. L’étude prévisionnelle pour l’année 2020 sur le volume d’attractivité des touristes britanniques recommande entre autres de cibler les touristes de 35 à 59 ans ainsi que les jeunes de la tranche 15-24 ans, en privilégiant les produits balnéaires, les visites de villes et les circuits. L’étude, qui détaille en profondeur les comportements des touristes britanniques, recommande aussi un travail spécifique au niveau de la présentation du produit Maroc, en adéquation avec les attentes du public ciblé. Les organisateurs du WTM prévoient un nombre de 4 888 exposants venus de 172 pays et 22 000 visiteurs.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *