Le Maroc de l après-2015 : Un rêve éveillé à préparer d arrache-pied

Le Maroc de l après-2015 : Un rêve éveillé à préparer d arrache-pied

La reddition du rapport de synthèse sur les attentes relatives au mieux-être des Marocains interviendra le 29 mars, a-t-on appris, mercredi à Rabat, au cours d’un atelier consacré à la consultation sur les priorités du développement de l’après-2015. Intitulée «L’avenir que nous voulons», la rencontre qui a réuni – autour des ministres des affaires générales et de la gouvernance, de l’emploi et de la formation professionnelle et, de la fonction publique et de la modernisation de l’administration -, des cadres des administrations, des délégués du système des Nations Unies au Maroc et des représentants de la société civile, fait suite au choix porté sur le Royaume pour participer au débat universel sur l’avenir des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD). Honneur que les organisateurs ont dit devoir au «rôle que le Royaume a joué dans les négociations ayant abouti auparavant à l’agenda des OMD en 2000 et, en reconnaissance des efforts considérables engagés par le pays pour atteindre ces objectifs à l’horizon 2015».
L’atelier vient en outre après les quatre consultations organisées, afin de déterminer la perception des citoyens sur l’avenir, que sont le dialogue avec le parlement des enfants, les consultations avec le secteur privé, les rencontres avec les missions diplomatiques et la coopération internationale et, les débats avec la société civile. 5ème du genre donc, l’atelier sur «L’avenir que nous voulons» annonce le forum national prévu pour les 20 et 21 mars. Selon Najib Boulif, comme les réunions précédentes, la nouvelle rencontre qui participe de la préoccupation d’associer le plus grand nombre au débat et à la conception de l’avenir, marque également la volonté de s’inscrire plus en avant dans l’effort universel entrepris par une majorité de pays vers un mode de vie amélioré sous la houlette du système de l’ONU. Plus que les OMD, c’est d’un monde meilleur qu’il s’agit, ont déclaré des intervenants. Le ministre qui a rappelé les principales réalisations du Maroc dans le domaine social en qualifiant l’INDH de saut qualitatif sans précédent, a considéré que l’objectif de la phase actuelle est «d’évaluer les actions et de relever les contraintes en fonction des moyens investis».
Ce que Bruno Pouezat, représentant-résident du système onusien, a résumé en cette interrogation: Que faire après 2015 ? Si depuis le sommet du millénaire en 2000 beaucoup de réalisations ont été accomplies, il reste à faire tant il y a parfois des décalages entre les déclarations et les jeux de cibles. Il a laissé entendre – en remettant en mémoire l’objectif 8 des OMD relatif à l’octroi de 0,7% des PIB des pays donateurs à l’aide internationale – que la crise internationale pourrait limiter ce financement, d’ailleurs jamais réellement atteint auparavant. Le diplomate qui a souhaité que les 80 pays participant au projet sur l’après-2015 présentent leur rapport avant l’assemblée générale de l’ONU en septembre, s’est félicité de ce que le Maroc y accorde le plus grand intérêt, «bien que les conclusions de ce rapport n’engagent pas les Etats».
Du point de vue d’Abdelouahed Souhail, l’après-2015 tient du rêve, mais «du rêve éveillé». C’est donc un projet de société qu’il convient de mener en veillant rigoureusement à l’inclusion dans le cadre d’un développement durable tant sur le plan écologique que social et culturel. L’après-2015 doit porter la marque de l’équité, du partage et de la solidarité, a-t-il déclaré.
A ces impératifs, Abdelâdim El Guerrouj a ajouté la réflexion sur le long terme, «mais une réflexion qui tient compte des tendances mondiales». Le but en étant l’amélioration des conditions de vie autant que le développement durable, il convient de l’asseoir sur la coopération internationale qui vise les échanges et l’harmonisation des efforts au niveau mondial.
L’élaboration du rapport sur l’après-2015 qui en est à sa 5ème rencontre s’est accompagnée de 8 focus-groups tenus en associations avec les handicapés, les porteurs de VIH, les enfants, les transhumants, les MRE… Entré dans la dernière ligne droite, le processus prévoit un forum les 20 et 21 mars et la présentation du rapport de synthèse le 29 du même mois.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *