Le Maroc en tête des pays de l’UMA

Le Maroc arrive en tête des pays de l’Union du Maghreb Arabe (UMA) bénéficiaires des flux d’aide au commerce, avec 1,44 milliard de dollars durant la période allant de 2002 à 2006, soit 42% du montant total des aides accordées au niveau de cette région, indique un rapport de la Commission économique pour l’Afrique (CEA). Selon ce rapport intitulé «Situation de l’aide au commerce pour l’Afrique: Problèmes et état de la mise en œuvre en Afrique», les flux d’aide au commerce reçus par le Maroc ont atteint leur pic en 2006 avec 433,46 millions de dollars, soit une hausse de 249,25 millions de dollars (+42%) par rapport à l’année 2002 durant laquelle les aides au commerce s’étaient chiffrées à 184,21 millions de dollars.
Dans cette même région, la Tunisie vient en deuxième position avec 932 millions de dollars, soit 27% de l’aide régionale, suivie de l’Algérie avec 518 millions de dollars (15%). Les flux affectés à la Mauritanie se sont élevés, quant à eux, à 513 millions de dollars, soit 15% de l’aide régionale et enfin ceux destinés à la Libye ont atteint à peine 10 millions de dollars, soit 0,2% de l’aide totale de l’Union, précise ce document, présenté lors de la 6-ème session du Comité du commerce, de la coopération et de l’intégration régionale (CTRI), qui a ouvert ses travaux mardi au siège de la CEA à Addis-Abeba. Les flux d’aide au commerce pour la période 2002-2006 consacrés à la région de l’UMA se sont chiffrés à 3,4 milliards de dollars, ce qui signifie que chaque citoyen a reçu 42 dollars durant cette période, souligne le rapport, faisant remarquer que les flux d’aide pour le commerce à destination de la région de l’UMA ont progressé de 11%. La répartition par catégories de l’aide au commerce accordée aux pays de l’UMA montre que 66% du montant total des flux d’aide, soit 2,3 milliards de dollars ont été destinés aux infrastructures économiques, 14,27 de ces ressources ont été allouées au renforcement des capacités de productions, 5% aux ajustements en relation avec le commerce et tout juste 1,5% aux politiques et règlements commerciaux.
Initiée sous le thème, «L’intégration régionale dans la perspective nationale», la 6ème session du CTRI se propose de se pencher sur la prise en compte de l’intégration régionale au niveau national, compte tenu de l’importance du rôle et de la responsabilité des Etats africains pour exécuter les engagements pris aux niveaux sous-régional et continental.  Les participants à cette rencontre proposeront également des stratégies pour une coordination effective entre les objectifs de l’intégration régionale et le processus d’élaboration des politiques au niveau national.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *