Le Maroc enregistre le taux de pénétration le plus fort

La connexion des ménages marocains à Internet enregistre le taux de croissance le plus fort et le plus rapide d’Afrique, mais des efforts sont encore à faire pour atteindre des taux de pénétration similaires à ceux d’Europe ou d’Asie, a indiqué le président de «Morrocan Internet Society» (MISOC), Abdelaziz Hilali. Dans un entretien en marge de sa participation à la 34ème réunion à Mexico de l’organisme de coordination d’Internet au niveau mondial (ICANN – Internet Corporation for Assigned Names and Numbers), M. Hilali a souligné que l’utilisation d’Internet pourra donner une forte impulsion à l’activité économique dans le pays. Il s’est félicité du fait que le Maroc soit à la pointe des pays maghrébins et africains dans ce domaine, bien qu’il demeure encore loin de son potentiel de développement. M. Hilali a attribué cet état de fait au prix encore élevé pour l’acquisition d’un ordinateur pour la majorité des ménages au Maroc, au coût relativement important de la connexion Internet, au taux d’analphabétisme qui représente un sérieux frein à l’accessibilité et à l’absence de contenu local adapté à la réalité marocaine et pouvant susciter l’intérêt des internautes. L’administration électronique (E-gov) est un autre volet dans lequel le Maroc a franchi des étapes importantes pour rendre plus faciles et moins contraignantes les démarches administratives. Les administrations marocaines pionnières dans ce domaine sont celles des douanes, de la conservation foncière et les ministères de la Justice et de la Modernisation des secteurs publics. À propos du rôle de son Association, qui a vu le jour en 1994, M. Hilali a souligné que la MISOC a entrepris un travail de diffusion et de promotion de l’Internet à travers l’organisation régulière de journées nationales d’Internet au Maroc. MISOC mène aussi des projets de vulgarisation d’Internet, telle que la conception d’un Kit pédagogique de formation en langues arabe et française ou l’opération appelée «Internet ça s’apprend» qui consiste à former des formateurs et animateurs des Centres de jeunes, des écoles, des clubs informatiques et des cybercafés (au nombre de 4.000 actuellement). L’objectif de la MISOC est de transmettre le flambeau à ces formateurs-animateurs et créer ainsi un effet multiplicateur à travers tout le territoire national. La MISOC avait également organisé des sessions de formation au profit des pensionnaires des établissements pénitentiaires en instance de relaxe à la prison d’Oukacha à Casablanca. Cette formation, qui a bénéficié à 170 personnes, dont 70 femmes, avait pour objectif de faciliter l’insertion future de ces prisonniers dans leur environnement. Revenant sur les travaux de l’ICANN à Mexico, M. Hilali a indiqué que les règles d’attribution de nouveaux noms de domaines génériques sur Internet ont focalisé les discussions pendant toute la semaine.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *