Le Maroc et la FAO renforcent leur partenariat: Trois accords de coopération signés au SIAM

Le Maroc et la FAO renforcent leur partenariat: Trois accords de coopération signés au SIAM

Après la mise en œuvre réussie du premier Cadre de programmation par pays (CPP) qui a couvert la période 2013-2016, un nouveau programme a été signé jeudi au Salon international de l’agriculture au Maroc (SIAM) entre la FAO et le Maroc. En effet, cet accord s’étale sur une période de quatre années de 2017 à 2020.

La cérémonie de signature concerne donc trois accords de partenariat signés en présence de Aziz Akhannouch, ministre de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, et Michael George Hage, représentant de la FAO au Maroc. Le cadre de programmation 2017-2020 mobilise des ressources à la hauteur de 37 millions de dollars, un accord qui répond aux nouveaux défis des changements climatiques. D’autres accords ont été signés pendant cette cérémonie, il s’agit de deux accords de financements pour deux projets de coopération Sud-Sud. Le premier accord est entre le Maroc, la FAO et le Mali, il est financé à hauteur de 200 mille dollars. Dans cette lignée, le Maroc à travers ce projet apportera son appui au Mali.

Le deuxième accord est entre la FAO, le Maroc et le Swaziland d’un budget de 233 mille dollars. Lors de cet évènement, Michael George Hage a salué le leadership qu’exerce le ministère de tutelle dans le domaine. Il a également réitéré la disponibilité de la FAO à coopérer davantage avec le ministère dans le domaine de l’agriculture.

Le représentant de la FAO a précisé dans ce sens que «ça fait maintenant quatre ans que nous avons signé à Meknès à l’occasion du SIAM 2013 le premier Cadre de programmation par pays (CPP) pour le Maroc pour la période 2012-2016». Selon lui,  depuis le lancement du premier CPP, la FAO a mis en œuvre 75 projets dont 30 projets nationaux et 45 projets en relation avec le Maroc. Ces projets approuvés sur la période du CPP ont mobilisé environ 35 millions de dollars, ce qui dépasse largement l’objectif initialement fixé qui était d’environ 9 millions de dollars. Michael George Hage a indiqué que le deuxième programme cadre étalé sur le cycle 2017-2020 répond aux défis stratégiques et notamment en matière de changement climatique que le Maroc a identifiés au cours de la COP22. 

Durant cette cérémonie M. Akhannouch avait également procédé à la remise des décisions d’agréments des conseillers agricoles.

«La FAO et le Maroc sont des partenaires stratégiques»

Questions à Michael George Hage, représentant de la FAO au Maroc

ALM : En quoi cet évènement est-il important ?

Michael George Hage : C’est un évènement organisé par le ministère de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts avec nos partenaires du SIAM est une occasion pour souligner l’importance du travail en partenariat avec les producteurs et productrices marocains et le partenariat qui existe entre les interprofessions et le gouvernement marocain. Ces interprofessions jouent un rôle très important pour renforcer le rôle de soutien du gouvernement aux producteurs et la FAO a également toute une série d’accompagnement des activités pour renforcer les capacités de ces interprofessions, la valeur ajoutée du produit agricole marocain et quelque chose qui est très nécessaire pour que l’agriculture joue le rôle attendu de ce secteur dans ce pays. Il y a beaucoup de «success stories» au Maroc que le pays a décidé de partager avec les autres pays au niveau méditerranéen et partout en Afrique à travers la coopération Sud-Sud.

Quel est l’apport de la FAO à l’agriculture marocaine ?

La FAO et le Maroc sont des partenaires stratégiques. Nous accompagnons le Maroc dans la mise en œuvre des politiques agricoles des nouvelles applications des nouvelles technologies, notamment tout ce qui est lié à la production agricole pour lutter contre les émissions des gaz à effet de serre, avec la modernisation de l’irrigation, et lutter contre le gaspillage post-récolte des produits alimentaires. Notre collaboration est également le domaine forestier. La FAO travaille donc de près avec les institutions marocaines responsables de tous ces aspects cruciaux pour l’économie marocaine.

Quel rôle devra jouer le Maroc en Afrique ?

Le Maroc joue déjà un rôle de leader en Afrique. On se souvient de la COP22 où le pays a pris à bras-le-corps la cause de l’Afrique en lançant l’initiative sur l’adaptation de l’agriculture africaine. C’est là que s’inscrit le besoin le plus fort pour les pays africains. Le Maroc a choisi de faire de la présidence de la COP22 une présidence sous le signe de l’Afrique pour mettre en lumière les intérêts de l’Afrique. Et d’autre part, il continue de transférer le savoir-faire marocain et les connaissances marocaines vers les pays africains à travers la coopération Sud-Sud, un rôle qui va donc se renforcer davantage dans les années à venir.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *