Le Maroc n’est pas sorti de l’auberge ?

Le Maroc n’est pas sorti de l’auberge ?

Malgré le retrait de la course du groupe KTI, décidé à la dernière minute, la commission, chargée de désigner les candidats aptes pour développer le marché intérieur, s’en est tirée finalement à bon compte.
L’on connaît désormais les trois tour-opérateurs retenus pour développer ce marché. Il s’agit d’abord d’Atlas Voyages, regroupant une vingtaine d’agences à travers le Maroc, et vieille de 40 ans et qui évolue depuis quelques années dans l’antichambre des TO.   En 2003, Othman Chérif Alami, P-dg de cette entreprise déclarait un chiffre d’affaires de 300 millions de dirhams. Autre futur TO également retenu, le groupe Holidays Services, solidement adossé à la chaîne Tikida Hotels et à la future compagnie aérienne dont le nom et les caractéristiques seront dévoilés le 27 décembre. Le trio est complété par le tandem Rahal-Mobilphone.
La candidature du célèbre traiteur marocain et d’un professionnel de la distribution (1000 points de vente), avait «fait inquiéter» les agences de voyages qui s’en sont plaintes au ministère du Tourisme. Mais sans succès. Le groupe Rahal disposait d’une carte secrète dans sa botte : l’espagnol , Serhs, un TO présent en Espagne, au Portugal et en Russie. Ces différents TO devront épouser les objectifs de la tutelle dans le marché intérieur : faire baisser les nuitées dans les hôtels, créer un système de distribution moderne. En d’autres termes, les TO devront acheter en gros des prestations des hôtels et des transporteurs, confectionner des voyages à forfait, (offres composées de plusieurs prestations touristiques) et mettre en place un réseau de distribution direct. Celui-ci doit comporter des points de vente directs et indirects (sous contrats) et des moyens technologiques innovants. 
Aujourd’hui, au-delà de la capacité de ces trois groupes à développer le marché marocain, le chemin à faire est encore long. D’après l’étude sur laquelle le ministère s’est basé pour définir sa stratégie, 65% des voyages se font en groupe. D’où le besoin orienté vers un hébergement sous forme d’appartements en plusieurs chambres.
D’ailleurs, chez les couches A, B et C, l’hôtel est jugé élevé. Les résidences touristiques et les villages de vacances qui font le bonheur des classes moyennes et inférieures sont plutôt rares. Les adeptes du camping jugent la qualité de cet hébergement plutôt «médiocre».
Autre limite relevée par l’étude, la forte saisonnalité des voyages. Les 7,1 millions de voyages bruts (commercial et non commercial) recensés en 2003 à l’intérieur du pays sont concentrés entre juillet et août. Alors que les catégories A, B et C utilisent pour le transport la voiture à hauteur de 63%, chez les couches inférieures, l’autocar recueille l’adhésion de 53% de la population ayant fait l’objet d’un sondage pour les besoins de l’étude.
Autant d’obstacles à relever pour le ministère qui escompte sur la période 2003-2010, passer de 1,1 million de voyages commerciaux formaux  à 2 millions. Des objectifs suspendus à la résolution du problème de l’hébergement.  Le besoin en offres d’hébergement est de 42 000 lits, répartis entre 5  000 lits à rénover et 37 000 nouveaux lits à créer. Ce dernier lot est réparti sur toute la catégorie, des hôtels aux résidences touristiques et aux campings (19 000 lits).
L’exécution de ce plan se fera en trois phases. Entre 2003 et 2005, il s’agissait  d’opérations promotionnelles. Pour cette année et jusqu’en 2006, l’objectif est de mettre en place un circuit de distribution pour le produit existant.
La création des villages touristiques et des campings n’interviendra qu’après 2007 ! Il faudra, auparavant, identifier des zones touristiques à consolider, réhabiliter une dizaine de campings existants, classer et ouvrir les COS de l’ONE au public et signer des concessions avec des gestionnaires professionnels sur la base de cahiers des charges spécifiques.
Un programme qui ressemble pour le moment à de simples déclarations d’intention. Mise à part la sélection des TO, tout reste à faire.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *