Le Maroc perd deux places dans le classement mondial

Le Maroc se positionne au 88ème rang parmi 133 pays en matière de Technologies de l’information et de la communication (TIC). C’est ce que met en relief «The Global Information Technology Report 2009-2010 ». Elaboré par le Forum économique mondial (FEM), ce rapport accompagne illico les lueurs de la reprise économique internationale. Au moment où certains pays ont gagné des places, le Maroc a reculé de deux rangs par rapport au classement précédent contre un recul de 12 places une année auparavant, indique-t-on dans le rapport publié récemment par le ministère de l’Economie et des Finances. Et de poursuivre que «le recul du classement du Maroc de deux rangs est lié à la dégradation du score au niveau d’une des trois principales composantes de l’indicateur global, à savoir le «Niveau de préparation» (-17 rangs). Pour les deux autres composantes, le classement de notre pays est resté quasiment stable». Si le Royaume a été devancé par certains pays émergents, en l’occurrence la Tunisie (39ème), le Chili (40ème), la Chine (37ème), l’Inde (43ème), la Turquie (69ème), le Mexique (78ème) et l’Egypte (70ème), il est, par contre, mieux positionné que certains pays tels que l’Argentine (91ème) et l’Algérie (113ème). S’agissant des pays à «revenu intermédiaire tranche inférieure», le Maroc se positionne au 15ème rang précédant ainsi la Chine, l’inde, la Tunisie, l’Egypte et la Jordanie. En aboutissant à une analyse par catégorie, le rapport du FEM souligne que le Maroc a perdu, au niveau de l’environnement du marché des TIC, une place pour occuper le 75ème rang. «Même s’il est moyennement positionné au niveau de cette composante du Network Readiness, notre pays se positionne mieux que certains pays, comme les Philippines et l’Argentine», lit-on dans le Rapport.Le recul du classement mondial du Maroc pour cette composante est lié essentiellement au repli de 12 rangs au niveau de la rubrique «environnement du marché des TIC». «Plusieurs sous-indicateurs ont été à l’origine de ce résultat. Il s’agit notamment du «degré de concurrence locale» (89ème) et de la «liberté de la presse» (94ème)», explique le rapport. Par ailleurs, le Rapport du FEM met en exergue les performances du Maroc au niveau du «cadre politique et réglementaire des TIC» où le Royaume a gagné 13 places par rapport à l’année antérieure. Cette progression est due aux «dépenses d’enseignement» (33ème), «la création d’entreprise», que ce soit le nombre de procédures (32ème) ou le temps requis (38ème), ainsi que de la «disponibilité des technologies les plus récentes» (57ème). En outre, le Maroc a connu un recul de 17 rangs en matière de «niveau de préparation». «C’est la rubrique au niveau de laquelle le classement du Maroc a reculé le plus pour se retrouver à un niveau moins avancé comparativement à la majorité des pays émergents ou au même niveau de développement», relève-t-on. De ce fait, le repli a concerné surtout les indicateurs de TIC relatifs au «niveau de préparation des individus» (-32). De même, le Maroc est classé faiblement pour ce qui est de la qualité du système éducatif (112ème), de l’abonnement téléphonique résidentiel mensuel (114ème) et de sa tarification (104ème) ainsi que du coût/minute d’un appel local à un autre téléphone mobile (112ème). Se référant au rapport du FEM, le recul du Maroc au niveau de cette rubrique aurait été supérieur à 17 rangs si son classement ne s’est pas amélioré principalement au niveau de l’indicateur «Niveau de préparation du gouvernement» (+13), après un fléchissement l’année dernière de 23 places, en lien avec la priorité accordée par les pouvoirs publics aux TIC et leur équipement en technologies avancées. Quant à l’indicateur «Préparation des entreprises», le rapport met le point sur la faiblesse du niveau de collaboration en matière de recherche-développement entre entreprises et universités locales (113ème contre 99ème en 2009), le coût de connexion téléphonique (104ème) et les dépenses des entreprises pour la recherche-développement (96ème). Le Maroc s’est taillé le 52ème rang pour la qualité des écoles de gestion, ajoute-t-on. Toutefois, le classement du Maroc a connu une stagnation en matière d’usages des TIC. Le Royaume a gardé sa 87ème place-devancé largement par ses concurrents en particulier la Tunisie ( 49ème), la Turquie (62ème) et l’Egypte (70ème). Dans la même rubrique, le Maroc a avancé de 9 rangs pour ce qui est de «l’usage des TIC par les entreprises». Une amélioration relative à la progression de son classement de 18 places au niveau de l’usage d’Internet dans les transactions commerciales (92ème). Cependant, il a reculé de 6 rangs pour ce qui est de «l’usage des TIC par les individus», particulièrement en lien avec un positionnement faible pour l’accès à Internet dans les écoles (80ème) et du taux de détention d’ordinateurs personnels par habitant (82ème), conclut-on.


Plan Maroc Numéric 2013 : Une stratégie de développement  et de croissance
Doté d’un budget de 5,2 milliards DH, le Plan «Maroc Numéric 2013» vise à faire des TIC un vecteur de développement humain et d’accès à la connaissance. Cette stratégie nationale s’articule autour de quatre axes: l’internet haut débit, l’e- gouvernement, la filière locale des TIC et l’informatisation des PME. Grâce à ce programme, les TIC devraient atteindre 12% du PNB en 2012 contre 8% actuellement. Pour amorcer cette stratégie, quatre conventions ont été signées visant :
• la mise en place d’un programme d’e-gouvernement permettant d’accéder aux services de l’administration sur Internet à partir du Maroc et de l’étranger.
• le développement d’Injaz, offre permettant à 80.000 ingénieurs et assimilés d’acquérir un portable et un accès Internet subventionnés à 85%.
• la mise en place de centres d’accès communautaires permettant aux populations rurales d’avoir accès aux télécommunications (Internet grand public Maroc Numeric 2013) . • la création d’un Fonds public-privé de 100 millions de dirhams afin d’encourager le développement de projets technologiques au Maroc.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *