Le même parcours de combattant

ALM : Où en est-on avec l’entreprenariat féminin au Maroc ?
Saloua Karkri Belkeziz : Nous ne disposons pas actuellement de statistiques détaillées sur le nombre ni la structure des entreprises gérées par des femmes au Maroc. Nous projetons dans le cadre du Programme d’Assistance aux Associations Professionnelles (PAAP), de lancer une étude pour déterminer ce nombre et aussi pour tenter, sur un autre registre, de cerner l’environnement où évoluent ces structures. Cependant, tout le monde s’accorde à dire que ce nombre avoisine le millier. On retrouve des structures gérées par des femmes au niveau de tous les secteurs d’activité. Les femmes chefs d’entreprises opèrent aussi bien dans la pêche que dans les nouvelles technologies de l’information et de la communication ou encore dans la branche des BTP. Elles sont surtout présentes dans les secteurs structurels.
Qu’est-ce qui bloque le développement de cet entreprenariat?
On ne peut pas dire que ça bloque. C’est plutôt une nouvelle dynamique qui est initiée et qui est appelée à évoluer rapidement dans le futur. Ceci est d’autant plus perceptible si l’on prend en considération les dernières statistiques qui montrent que les femmes qui créent des entreprises sont de plus en plus nombreuses.
Pourquoi cette tendance à votre avis ?
Ceci pour la simple raison que les femmes ont réalisé qu’elles ont beaucoup plus de chance de s’épanouir professionnellement et faire prévaloir leur atouts en se mettant à leur propre compte qu’en étant obligées de suivre le rythme drastique des horaires imposés dans le monde de l’entreprise. Les contraintes de temps ne leur permettent pas de concilier leur travail avec les autres tâches qu’elles sont appelées à remplir et notamment familiales. Le gouvernement peut prendre des dispositions dans ce sens.
Lesquelles ?
Il peut mettre, ou en tout cas, initier un environnement plus propice à l’entreprenariat féminin à travers l’incitation à la construction de crèches pour la garde des enfants en bas âge, réglementer le métier d’aide familial, mettre en place un système de restauration en milieu scolaire entre autres mesures. Il faut par ailleurs encourager la scolarisation de la fille. Le taux des filles analphabètes reste très élevé, c’est du gâchis.
Qu’a-t-il de particulier l’entreprenariat féminin au Maroc ?
Pas grand-chose sauf que les femmes chefs d’entreprises envisagent parfois les problèmes d’une manière différente que leurs homologues les hommes. Pour le reste et plus particulièrement concernant l’acte d’entreprendre, c’est le même parcours de combattant. Les mêmes risques sont pris et les entreprises évoluent au niveau d’un même milieu d’investissement et de concurrence. Autre point intéressant à soulever, c’est que les femmes sont souvent aidées financièrement par leur entourage dans leur entreprise de création d’une structure. Ceci les aide à franchir le pas plus facilement.
Qu’est-ce qui empêche les femmes cadres de franchir le pas?
Il n’y pas de d’obstacles apparents. Les femmes cherchent beaucoup plus de flexibilité en se mettant à leur propre compte, mais il faut le faire tant qu’on est jeune et qu’on a plus de marge de manoeuvre. Entreprendre est un acte valorisant et enrichissant, mais il est aussi risqué.
Etait-il nécessaire d’organiser un Forum pour encourager les femmes à investir ?
L’organisation de cette rencontre a conforté notre choix. On s’est rendu compte que beaucoup de femmes, celles qui nous ont rendu visite en tout cas, avaient des projets en tête mais ne savaient pas par où commencer. C’était une opportunité donc de nous mettre en contact et de les aiguiller pour leur permettre de passer à l’acte. Les possibilités existent, encore faut-il les connaître.
L’action de lobbying et d’animation de l’Afem reste moins perceptible. Sur quels dossiers travaillez-vous actuellement ?
Notre Association est une structure jeune, il n’en reste pas moins que nous avons entrepris d’importantes initiatives en si peu de temps. L’organisation du Forum Expo entre dans ce cadre. Cette rencontre a été une plate-forme intéressante pour l’échange d’expériences et d’idées. Des conventions ont également été signées avec différents organismes. Nous envisageons aussi de créer de nouvelles délégations notamment au niveau de la ville de Meknès et de Laâyoune. D’autres chantiers sont à l’étude actuellement. Il s’agit notamment de la réalisation d’une étude sur le territoire national pour cerner la nature de l’entreprenariat féminin au Maroc et les contraintes que rencontrent les femmes chefs d’entreprises. Cette enquête constituera une base d’étude intéressante pour booster la dynamique de création d’entreprises par des femmes.
Comment avez-vous perçu le relèvement du nombre des sièges accordés aux femmes au niveau du bureau de la CGEM ?
C’est une action qui a eu lieu il y a deux années de cela. Maintenant il faut regarder de l’avant. L’autre jour, le Premier ministre a même parlé de la possibilité de voir un jour une femme à la tête de la CGEM.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *