Le nouveau staff de Fiat entre en fonction

Sans surprise Umberto Agnelli (68 ans) succède à Gianni Agnelli à la tête de Fiat. Frère cadet du patriarche décédé il y a un mois, Umberto a pris la tête du groupe de Turin, marquant ainsi un nouvel engagement de la famille. Sa nomination intervient à un moment où le constructeur automobile est au plus mal de sa forme. Ce dernier a annoncé vendredi une perte record de près de quatre milliards d’euros pour l’exercice 2002 et a fait le ménage dans ses comptes pour préparer le terrain à sa nouvelle équipe dirigeante.
Celle-ci a donc du pain sur la planche. Sa mission est de redresser la barre et revenir à un état d’équilibre à court terme. Pour ce faire le nouveau dirigeant s’est entouré d’une nouvelle équipe. Umberto Agnelli sera épaulé par un ancien dirigeant de Pirelli, Giuseppe Morchio, fin connaisseur des questions industrielles.
A noter que Fiat auto a contribué pour 1,343 milliard d’euros aux pertes, contre 549 millions d’euros en 2001. Le groupe s’est engagé à recapitaliser sa filiale automobile pour 3 milliards d’euros, sur une augmentation totale de 5 milliards d’euros prévue en 18 mois.
Mais, aucune recapitalisation n’est à l’ordre du jour pour le groupe, a confirmé son directeur financier, Ferruccio Luppi, lors de la conférence téléphonique avec les analystes qui ont suivi l’annonce des résultats. Cette mesure était pourtant très attendue.
Fiat va, en revanche, se séparer de certains de ses actifs: Fiat Avio, le fabricant de moteurs d’avions, et l’assureur Toro. Ces cessions pourraient être réalisées au cours du premier semestre 2003. La conclusion d’un accord est proche pour Fiat Avio, a annoncé le groupe. L’acquéreur pourrait être le groupe français Snecma, en alliance avec Finmeccanica, selon la presse italienne.
Aucune précision n’a en revanche été apportée sur les discussions entre Fiat et son partenaire américain, General Motors. Le communiqué se borne à évoquer « un renforcement de la collaboration, aussi bien sur le plan industriel que sur le plan financier ».
« 2002 a été pour Fiat une année très négative du point de vue des résultats, mais riche d’initiatives et de sacrifices indispensables pour la relance », a expliqué le groupe dans le communiqué diffusé au terme de la réunion du conseil d’administration.
Le résultat d’exploitation a fortement chuté, passant d’un bénéfice de 318 millions d’euros en 2001 à une perte de 762 millions d’euros l’an dernier. Ce résultat s’explique essentiellement par les pertes record de la branche automobile du groupe, a souligné le groupe. Le chiffre d’affaires du groupe Fiat dans son ensemble a connu une baisse de 4% l’an dernier, à 55,649 milliards d’euros.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *