Le nuage de cendres avance sur la péninsule ibérique

Le nuage de cendres avance sur la péninsule ibérique

Le trafic aérien vers et en provenance de certains pays d’Europe subit actuellement quelques perturbations. Des indispositions allant jusqu’à l’annulations de vols, en raison de l’avancée du nuage volcanique vers la péninsule ibérique et au-dessus d’une partie de l’Atlantique Nord, a annoncé récemment l’Office national des aéroports (ONDA). Par ailleurs, l’ONDA a précisé, dans un communique, que la situation peut évoluer à tout moment, conseillant aux passagers qui doivent voyager ces jours-ci de se renseigner avant de se rendre aux aéroports. Pour sa part, la Royal Air Maroc (RAM) a indiqué que tous ses vols «ont opéré dans des conditions normales ce dimanche», à l’exception de quelques retards, liés aux créneaux horaires attribués par les organismes chargés du contrôle aérien en Europe. Aussi, un communiqué de la RAM, précise que le Comité de veille de la compagnie continue de suivre l’évolution de la situation en liaison avec l’Autorité de l’aviation civile marocaine et les organismes européens chargés de la navigation et du contrôle aériens, afin d’anticiper au mieux les impacts éventuels sur le programme des vols de la compagnie. En effet, de la forme d’un croissant, le nuage de cendres, dû à l’éruption du volcan islandais Eyjafjöll, provoque de nouvelles perturbations dans le ciel européen, trois semaines après la paralysie quasi-totale du trafic aérien. Des aéroports ont été fermés dimanche en Italie, en Espagne, dans le sud de l’Allemagne et en Autriche mais pas en France. Une trentaine de vols vers le sud de l’Europe ont toutefois été annulés au départ des aéroports parisiens. De leur côté, les compagnies EasyJet et Ryanair ont supprimé certains de leurs vols au départ ou à l’arrivée de Nice, Toulouse ou Marseille. Aussi, la Direction générale de l’aviation civile (DGAC) recommande aux passagers de se renseigner auprès de leurs compagnies aériennes. À la mi-journée, l’organisme de surveillance aérienne a fait état d’une «zone de suspicion de cendres au-dessus de la région parisienne» tout en jugeant que la situation n’imposait aucune interdiction de vol. La DGAC va poursuivre son «programme de surveillance particulier des avions qui sont amenés à traverser cette zone» mais souligne que les perspectives «concernant l’espace aérien français sont bonnes pour les jours à venir». Air France a effectué samedi après-midi un vol d’essai sur un A320 sans passager, parti de Roissy pour survoler le golfe de Gascogne et la chaîne des Pyrénées. Selon la DGAC, plusieurs autres vols ont été opérés aux marges de la zone de «suspicion».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *