Le pari de Saâd Hassar

Le pari de Saâd Hassar

Le cap est désormais mis sur la gestion des affaires locales. En témoigne la forte dynamique enclenchée par la Direction générale des collectivités locales. Ainsi, la voie vers la décentralisation, la déconcentration et la gestion des affaires locales est en phase d’être balisée. L’une des dernières réalisations est l’édition d’un Bulletin officiel pour les communes, un outil d’information et de communication du travail des élus. Conformément aux dispositions de la loi relative à l’organisation de la Région, cet outil est assurément, un grand pas en avant en matière de gestion des affaires locales qui doivent impérativement développer leurs modes d’intervention et renforcer leurs actions pour qu’elles puissent jouer leur rôle dans le développement.
Le Bulletin vise à activer les dispositions de la loi relative à l’organisation des régions. Selon ses concepteurs «il participera largement à l’unification des modèles des décisions et des programmes édités de la part des différents conseils et organismes locaux et les services de tutelle».
Ce nouveau Bulletin contiendra tous les actes de tutelle concernant les régions, préfectures, provinces et communes à travers le Royaume. Il constitue aussi une référence pour les chercheurs et les juristes. Ainsi, seront livrées toutes les décisions concernant la gestion du patrimoine foncier et immobilier (concessions de biens, locations, cessions…). Ces actes peuvent aller de la nomination d’un nouveau responsable à la décision de déléguer la gestion d’un service public au privé en passant par les décisions relevant de la police administrative, celles relatives à la circulation ainsi que les décisions touchant les finances locales. Bon nombre de réunions ont été également faites avec le secrétaire général du gouvernement.
Ce bulletin sera trimestriel et diffusé à travers des abonnements. Les citoyens pourront ainsi, à titre d’exemple, connaître les noms des nouveaux responsables des mairies, le changement des noms des artères, les opportunités de concession… Sur un autre volet, l’administration de tutelle s’est engagée à assurer un saut important dans le domaine des technologies de l’information, afin de pallier le problème d’accès à la société de l’information et du savoir et le déficit dans les échanges électroniques. Lors d’un séminaire organisé par l’Agence nationale de Réglementation des Télécommunications (ANRT), le lundi 22 novembre 2004 à Rabat, sous le thème « Technologie alternative et aménagement numérique », le directeur général des collectivités locales, Saâd Hassar, a rappelé que, fixés dans ce sens «ces objectifs peuvent être atteints notamment par une participation des collectivités locales à ce processus». Donc, la réflexion est bien entamée pour réaménager le cadre réglementaire marocain afin de permettre aux collectivités locales de participer à l’édification de la société d information. Des solutions complémentaires en matière d’aménagement numérique sont à l’étude.
Les travaux de cette rencontre, animés par des experts français et marocains spécialisés dans les technologies alternatives et les questions de collectivités locales, ont été axés sur plusieurs thèmes, dont les technologies d accès à une radio haut débit (type Wi-Fi et Wi-Max), les courants porteurs en ligne (CPL) et l’identification par radiofréquence (RFID). Aussi, ce n’est assurément pas un hasard que les Intégrales de l’investissement, prévues les 1er et 2 décembre prochain à Skhirat, auront pour thème la Région. Le Directeur des Investissements extérieurs (DIE), Hassan Bernoussi, dans un entretien accordé à Aujourd’hui Le Maroc, estime que «la collectivité est le point de départ et finalité de tout investissement».
M. Bernoussi a souligné que la région sera au centre des débats et que les ateliers ne seront pas liés à des secteurs, mais au développement de la région. Il a expliqué qu’il serait ainsi question de la gouvernance régionale, du financement du développement local et du marketing territorial. »Sur ce point, a-t-il ajouté, nous comptons énormément sur le savoir- faire des autres pays, notamment l’Espagne, où les régions ont une expérience assez aguerrie en matière de marketing ».
Le directeur a affirmé que les présidents des régions et les directeurs des Centres régionaux des investissements « sont totalement impliqués dans cette entreprise ».
Présentant davantage les objectifs de la rencontre, M. Bernoussi a ajouté que l’objectif est que « les investisseurs potentiels, marocains et étrangers, aient une meilleure idée du Maroc ». Selon lui, le but ultime des Intégrales « n’est pas de créer des relations d’affaires directes entre investisseurs, mais, avant tout, de montrer au monde entier où nous en sommes ». Ainsi, les efforts sont entrain d’être fédérés pour «un désenclavement» géographique mais aussi numérique des collectivités locales.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *