Le patronat décline sa vision économique

Le patronat décline sa vision économique

Les enjeux de l’ouverture économique exigent de l’ensemble des partenaires économiques du pays une capacité de proposition. La CGEM entend bien apporter sa contribution à ce dialogue en publiant la neuvième édition de son rapport économique.
Dans ce document, les auteurs reviennent en détail sur l’évolution des multiples indicateurs de la conjoncture nationale et internationale, avant de dresser les perspectives et stratégie de développement de l’économie nationale.
Concernant les indicateurs économiques globaux, le rapport s’est attelé à lister les performances des différents secteurs d’activité économique. Ainsi, et concernant le secteur primaire, le rapport explique qu’avec un peu plus de 80 millions de quintaux, la campagne céréalière a réalisé une croissance de 52% par rapport à celle de 2002 qui était juste moyenne. Elle s’est traduite par 30% des importations des céréales réalisées entre le 1er juin 2003 et le 31 janvier 2004 par rapport à l’année précédente pour s’établir à 20,9% millions de quintaux. Sur un autre registre, et si l’évolution du secteur secondaire révèle en 2003 des lignes d’amélioration au niveau global, d’importantes composantes comme les mines, le raffinage du pétrole et le textile et cuir ont marqué le pas par rapport à 2002.
Concernant le secteur tertiaire, le rapport fait remarquer que l’activité touristique a dû affronter cette année un contexte peu favorable suite aux attentats terroristes du 16 mai, à l’atonie du principal marché émetteur (l’Europe) et à la guerre en Irak. À propos de l’épargne nationale, l’épargne brute estimée à plus de 110 milliards de dh devrait augmenter de plus de 3%, permettant ainsi de couvrir la totalité des dépenses d’investissement et de dégager une capacité de financement de l’ordre de 2%.
Concernant le volet de la création d’entreprises, le rapport mentionne que plus de 1000 nouvelles unités de production ont vu le jour créées en 2003, devant créer près de 11.000 emplois et une centaine d’entreprises ont été contraintes d’arrêter leur activité, entraînant le licenciement de près de 8000 salariés. Le marché informel quant à lui enregistre des performances quantitatives considérables aux dépens du secteur formel légal. Il fait travailler environ 45.000 personnes dont 75% sont des femmes. Les activités informelles de nature illégale ont connu un développement soutenu ces dernières années.
Pour ce qui est des perspectives de la croissance nationale, et selon les résultats de l’enquête de conjoncture du quatrième trimestre 2003, réalisée par la Fondation CGEM pour l’entreprise, peu d’entreprises projettent, pour le premier trimestre 2004 une baisse de leur production, ventes globales et exportations soit respectivement, 12, 7, et 9 contre 17, 18 et 19% par rapport au trimestre précédant
Un nombre plus important d’entreprises prévoit une stagnation de ces trois indicateurs, pour le premier trimestre 2004, soit 41, 51 et 35 % contre seulement 38, 40 et 19% des entreprises ayant prévu une stagnation pour le quatrième trimestre 2003.
Concernant le registre des finances publiques, et bien que le déficit budgétaire hors privatisation s’aggrave comparativement à la Loi de Finance 2003, le choix effectué dans le cadre du budget 2004 permet de replacer les finances publiques sur un trajectoire plus favorable à moyen terme. Enfin, la CGEM réitère dans ce rapport ses recommandations et propositions au gouvernement pour l’établissement et le maintien des conditions les plus favorables au développement de l’entreprise pour la croissance et la création de richesses et d’emplois. Ces recommandations consistent notamment en la mise en place d’une politique économique et sociale capable d’insérer la population dans le tissu du travail, critère considéré par le CGEM comme concret.
Ensuite, la CGEM propose l’adaptation d’une stratégie de création de richesses et d’emplois mais aussi, mettre en place une stratégie réelle de croissance.
Identifier et promouvoir un nombre limité de grands métiers exportateurs et les secteurs porteurs figure aussi dans les propositions de la Confédération.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *