Le pétrole en nette baisse

La baisse des prix du pétrole continue. Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril pour livraison en novembre a terminé en baisse de 1,14 dollar à 58,52 dollars. A Londres, sur l’Intercontinental Exchange (ICE), le baril de Brent de la mer du Nord a perdu 1,20 dollar à 59,34 dollars sur l’échéance de novembre. Le ministre koweïtien de l’Energie Ali al-Jarrah al-Sabah a affirmé lundi que son pays était prêt à baisser sa production de pétrole pour sauvegarder "la stabilité du marché". Les ministres des 11 pays membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) "examinent une baisse (éventuelle) entre 700.000 barils par jour et un million de baril par jour", a-t-il indiqué.
Mais le ministre koweïtien a aussi souligné n’avoir reçu aucune demande du président de l’Opep, Edmund Daukoru, de réduire la production de brut. Celui-ci a proposé dimanche, dans une lettre à ses pairs, de baisser d’un million de barils par jour (mbj) le plafond de production du cartel, actuellement fixé à 28 mbj. Cette décision "augmenterait de façon marginale les réductions de production déjà décidées le mois dernier par le Nigeria et le Venezuela", a commenté Mike Fitzpatrick, de la maison de courtage Fimat. En terme de volumes, le Nigeria s’est déjà engagé à réduire sa production de 120.000 barils par jour, le Venezuela de 50.000 barils par jour et l’Arabie Saoudite s’est dit prête à assumer à elle seule une baisse de 300.000 barils par jour. Mais les pays membres n’ont pas encore tous répondu officiellement à l’appel de M. Daukuru. En conséquence, «le scepticisme a gagné les investisseurs, quant à la prise de décision d’une réelle baisse de production», a estimé Mike Fitzpatrick.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *