Le pétrole franchit les 57 dollars à New York

Sur le New York Mercantile Exhange (Nymex), le baril de "light sweet crude" pour livraison en avril a grimpé jusqu’à 57,03 dollars, en hausse de 57 cents par rapport à mercredi soir. Il s’agit d’un nouveau record historique et de son plus haut niveau depuis le début de cotation de ce pétrole à New York en 1983.
Le marché a choisi d’ignorer la décision mercredi de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) d’augmenter immédiatement son plafond de production de 500.000 barils par jour, et d’accroître à nouveau sa production d’ici juin si nécessaire. Les investisseurs estiment que l’Opep, qui produit déjà pratiquement au maximum de ses capacités, ne peut pas suivre le rythme infernal de croissance de la demande, notamment celle de la Chine qui devrait décoller à partir de l’été. 
Tetsu Emori, stratégiste en chef chez Mitsui Bussan Futures à Tokyo, a estimé que les marchés "ignorent complètement" la décision de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), mercredi à Ispahan (Iran), d’augmenter immédiatement son plafond de production de 500.000 barils par jour, à 27,5 millions de barils par jour (mbj), comme le souhaitait l’Arabie saoudite et comme le prévoyait le marché. "Le marché porte plus son attention sur des facteurs plus haussiers comme une augmentation de la demande, plutôt que sur un accroissement de l’offre", a-t-il expliqué, ajoutant que les cours devraient probablement continuer à atteindre de nouveaux records. "C’est difficile de prévoir quel est notre objectif dorénavant", a-t-il déclaré.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *