Le pétrole remonte avant la réunion de l’OPEP

Le pétrole remonte avant la réunion de l’OPEP

Le prix du pétrole remontait un peu mardi à la veille d’un rapport susceptible de signaler un nouveau recul des stocks de fioul de chauffage aux Etats-Unis et avant une réunion de l’Opep pouvant déboucher sur une autre baisse de production.
A New York, le baril de «light sweet crude» pour livraison en janvier progressait de 53 cents à 62,97 dollars lors des échanges électroniques vers 11h15 GMT. A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord prenait également 53 cents à 63,98 dollars sur l’échéance de janvier. Rappelons que les cours avaient reculé lundi après sept jours consécutifs de progression.
Mais ils repartaient à la hausse mardi, principalement dans la perspective de la prochaine réunion de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), prévue le 14 décembre à Abuja.
Plusieurs pays membres de l’Opep, qui fournit 40% de l’offre mondiale de brut, ont déjà laissé entendre qu’une nouvelle baisse de production devrait être annoncée à cette occasion, après celle de 1,2 million de barils par jour décidée à la fin octobre à Doha.
«Ils parlent d’une baisse de 500.000 barils par jour supplémentaires pour essayer de maîtriser le niveau (élevé) des stocks et compenser l’impact de la chute du dollar», a remarqué Michael Davies, analyste à la maison de courtage Sucden.
Le ministre koweïtien de l’Energie, Ali Al-Jarrah Al-Sabah, a pour sa part affirmé lundi que son pays ne s’opposerait pas à une éventuelle décision de l’Opep de réduire son offre, lors de sa réunion le 14 décembre à Abuja.
«Nous ne nous opposerons pas à (une décision) unanime de l’Opep de réduire» la production même si «il est prématuré de dire s’il y a une nécessité de réduire ou pas» cette production, a déclaré le ministre à des journalistes. Cheikh Ali, qui s’exprimait à son retour du Caire où il a participé à une réunion de l’Organisation des pays arabes exportateurs de pétrole (OPAEP), a exprimé son inquiétude face à l’excédent de brut sur le marché international.
«Il faut trouver une solution à cet excédent», a-t-il déclaré sans plus de détails.
Le président de l’Opep, Edmund Daukoru, ministre nigérian du Pétrole, en visite à Abou Dhabi, a par ailleurs estimé lundi à un million de barils/jour (mbj) l’excédent de brut sur le marché international.
Rappelons que le cartel avait décidé, le 20 octobre dernier, de réduire son plafond de production pour soutenir les cours, et certains de ses responsables avaient recommandé d’étudier les effets de cette décision avant d’envisager une nouvelle réduction.
Plusieurs pays membres du cartel, notamment l’Arabie Saoudite, le Venezuela, l’Algérie, le Qatar et l’Iran, se sont déjà prononcés en faveur d’une réduction supplémentaire à Abuja, au cas où les prix continueraient de «refluer».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *