Le PJD accuse les banques de financer la rente !

Le PJD accuse les banques de financer la rente !

Le parti réagit officiellement au mémorandum envoyé au chef de gouvernement par BAM, CGEM et GPBM sur la situation économique

La décéléra-tion du rythme des crédits bancaires ne semble pas inquiéter outre mesure le PJD. Au contraire, dans une réponse de Mohamed Yatim,  la baisse de crédit est tout à fait normale.

C’est donc le PJD qui s’est chargé de répondre au mémorandum envoyé par le trio BAM, CGEM et GPBM au chef de gouvernement. En effet, Bank Al-Maghrib, la Confédération générale des entreprises du Maroc et le Groupement professionnel des banques du Maroc ont entrepris d’envoyer un document au chef de gouvernement sur la situation économique. Le mémorandum n’a pas été rendu public mais il a été question notamment de la décélération inquiétante des crédits bancaires et quelques propositions pour améliorer la situation.

En attendant une réaction officielle du gouvernement, le chef de file de la majorité gouvernementale, le Parti de la justice et du développement, a choisi la voie partisane pour «démonter» les arguments du mémorandum. La décélération du rythme des crédits bancaires ne semble pas inquiéter outre mesure le parti de la lampe. Au contraire, dans une réponse de Mohamed Yatim, membre du secrétariat général du PJD et l’un des proches de Abdelilah Benkirane, la baisse de crédit est tout à fait normale. «Il est bizarre que la CGEM s’inquiète de la baisse des prêts bancaires alors que dans les faits, les entreprises ont bénéficié de 7 milliards de dirhams sous forme d’arriérés dans la TVA, ce qui lui a permis de se passer des crédits bancaires», dit-il. Le PJD par le biais de Yatim n’a pas manqué non plus d’envoyer des messages codés au Groupement professionnel des banques du Maroc. Il semble ainsi que le parti reproche à ce Groupement «le choix de la facilité au moindre coût risque» dans l’octroi des prêts.

«Opérations rentières»

Plus loin encore, le GPBM est directement accusé de financer des opérations rentières. «Il est compréhensible qu’une institution financière comme le Groupement professionnel des banques du Maroc critique la baisse du fait que les entreprises se passent des crédits bancaires qui étaient orientés vers des opérations faciles avec des profits garantis, des opérations qui sont, au fond, rentières en rapport avec la Caisse de compensation au lieu de financer l’économie productive», ajoute Yatim. Bank Al-Maghrib n’a pas non plus échappé aux critiques du PJD.

Il faut dire que les relations entre les deux parties sont tendues depuis la publication par BAM de ses prévisions pour la croissance qui ne devrait pas dépasser 1,2% au cours de cette année. La participation de la banque centrale à l’élaboration du mémorandum transmis au chef de gouvernement a rendu les choses un peu plus compliquées. «Si l’initiative de la CGEM en tant qu’association et le GPBM qui représente le secteur privé à l’élaboration d’un dossier revendicatif est tout à fait normale, la participation d’une institution publique chargée de la politique monétaire à cette démarche suscite plusieurs interrogations», déclare la même source. Et de poursuivre : «Le fil conducteur entre les trois structures à l’origine de cette initiative est perdu». Par ailleurs, la réaction du PJD a servi de rappeler le bilan gouvernemental principalement concernant les indicateurs macroéconomiques. Faut-il comprendre ainsi que les propositions du trio BAM, CGEM et GPBM sont rejetées par le gouvernement? Les prochains jours nous en diront un peu plus sur une confrontation qui risque de s’exacerber un peu plus.

Baisse des prêts à cause du retard des banques islamiques, selon Benkirane

pret-bancaireLe chef de gouvernement a profité d’un meeting de la Jeunesse de son parti pour répondre même indirectement au mémorandum de BAM, CGEM et GPBM.

Abdelilah Benkirane a, en effet, sa propre explication de la baisse du rythme des crédits bancaires. Pour le chef de l’Exécutif, la baisse serait due au retard des banques islamiques. «Il y a énormément de citoyens qui attendent l’entrée en service des solutions financières alternatives prévues par la loi alors que le retard de la mise en place de ces banques est totalement incompréhensible», a-t-il dit devant les membres de la JJD (jeunesse du Parti de la justice et du développement).
Mais Benkirane a une autre explication. «Les investisseurs attendent les résultats des prochaines élections législatives avant de passer à l’acte», a-t-il ajouté rappelant par la même occasion les décisions prises par son gouvernement en faveur des entreprises notamment le remboursement du butoir de la TVA.

Un mémorandum et des problématiques
Argent-liquide-MarocLa baisse du rythme des crédits bancaires inquiète particulièrement la banque centrale depuis plusieurs mois. Dans ce sens, plusieurs mesures ont été prises par Bank Al-Maghrib, notamment des baisses successives du taux directeur pour faciliter l’accès des entreprises aux prêts ainsi que le renforcement du soutien au financement des TPME. Mais ces mesures n’ont pas en effet escompté.

C’est pour cette raison que BAM a fait équipe avec la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et le Groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM) pour élaborer un mémorandum qui analyse la situation économique actuelle et propose par la même occasion quelques pistes d’amélioration.

Il est question notamment de la résolution du problème des délais de paiement qui a un impact négatif sur les trésoreries des entreprises. Il a également été proposé que les établissements de crédit assurent le financement du butoir.

Articles similaires

1 Comment

  1. atlasama

    Il est quand même curieux et irresponsable de la part d’une banque centrale (censée être politiquement neutre et indépendante) de s’associer à des groupes d’intérêts privés pour faire des recommandations voire des remontrances à un gouvernement censé protéger l’intérêt général et ceci à moins de 4 mois de nouvelles échéances électorales ! Ceci ne peut que nuire davantage à la crédibilité de l’institution.

    Reply

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *