Le plaidoyer d’El Othmani lors du Forum économique islamique

Le plaidoyer d’El Othmani lors du Forum économique islamique

Il a appelé à la coopération et l’optimisation des efforts

Le chef de gouvernement a souligné la nécessité d’assurer une meilleure coopération et répondre aux aspirations des peuples en termes d’éducation, de santé, d’emploi, de sécurité et de stabilité.

Ouverture, coopération et solidarité… Ce sont les voies que les décideurs mondiaux devraient emprunter pour répondre aux attentes des peuples et améliorer leurs conditions de vie. Ce message a été porté par Saad Eddine El Othmani lors de sa participation à l’ouverture de la 13ème édition du Forum économique islamique (WIEF) qui se poursuit jusqu’au jeudi 23 novembre à Sarawak en Malaisie. Le chef de gouvernement a souligné la nécessité d’assurer une meilleure coopération et répondre aux aspirations des peuples en termes d’éducation, de santé, d’emploi, de sécurité et de stabilité.

M. El Othmani a plaidé pour un approfondissement du dialogue afin d’écourter les délais et optimiser les efforts. «Les pays, gouvernements et peuples islamiques sont plus que jamais appelés à redoubler leurs efforts pour pouvoir maintenir la stabilité et résister aux chocs et aux crises et anticiper les effets et les défis des changements majeurs», peut-on relever de Saad Eddine El Othmani.

Le chef de gouvernement a appelé à adopter une approche proactive et volontariste pour s’adapter aux changements que connaît le monde. «Les défis transcendent les entités des nations et revêtent un caractère international, nécessitant une volonté collective, une approche intégrée, des décisions décisives et des réalisations concrètes. Ce qui nous impose de se doter d’une vision unifiée et d’une action commune afin de surmonter les difficultés et faire face aux grands enjeux présents et futurs», précise le chef de gouvernement. Lors de son intervention, Saad Eddine El Othmani a mis en relief le modèle marocain aux participants présentant ainsi les réformes adoptées par le Royaume pour maintenir sa stabilité et renforcer sa résilience.  Sur le plan économique, M. El Othmani a rappelé les grands efforts du Maroc à maintenir ses équilibres macroéconomiques et la poursuite des investissements publics. Ces engagements ont permis au pays de minimiser les impacts de la dernière crise économique mondiale.

Les grandes orientations économiques du Maroc se traduisent par son adoption d’une économie de marché et par l’importance accordée à l’entreprise marocaine en tant que vecteur d’employabilité et de richesse. «L’économie marocaine a constamment maintenu sa performance comme la cinquième grande économie en Afrique depuis 2000, et continue à améliorer son climat des affaires, qui est passé du rang 128 en 2010 au 69ème rang actuellement selon le classement du Doing Business», a fait savoir M. El Othmani, rappelant les ambitions de son gouvernement à faire partie des 50 premières économies selon le même classement avant 2021. Le chef de gouvernement a également passé en revue les défis auxquels le Maroc tend à relever.

Citons en premier l’amélioration du système éducatif auquel le Royaume consacre un quart du budget de l’Etat. Le deuxième challenge est la gestion de la pénurie d’eau. Le Maroc se penche actuellement sur le renouvellement de sa stratégie hydrique en se basant, entre autres, sur une meilleure préservation des ressources en eau, la mise en œuvre de solutions de transport d’eau et les systèmes de dessalement de l’eau de mer.

Le développement durable et énergies renouvelables est également une priorité. Le Maroc, devenu référence mondiale en ce domaine, est doté d’un programme ambitieux visant le renforcement de la part des énergies renouvelables pour représenter 52% en 2030.

Le Maroc soutient également l’initiative privée et encourage l’innovation. Cette vision a pour finalité d’anticiper les changements technologiques qui pourront impacter les aspects de la vie économique et sociale.

Le Royaume a également choisi de saisir les opportunités relatives aux financements alternatifs. Il s’engage également à assurer l’intégration régionale et continentale et à soutenir la décentralisation assurant aux régions et zones locales une flexibilité et une adaptation rapide pour s’adapter aux changements majeurs.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *