Le Plan Azur en phase de finition

Avant la fin de l’été, les adjudicataires pour l’aménagement des stations balnéaires du plan Azur seront connus. De source proche du dossier au ministère de tourisme, les négociations vont bon train avec trois grands groupes internationaux intéressés par ce plan. Il s’agit de l’espagnol Fadesa, du sud-Africain Kerzner et le consortium franco-belge Thomas Piron/l’Atelier.
Les stations qui sont actuellement objet de négociations entre le gouvernement et les investisseurs étrangers sont les sites de Mogador, Lixus, Saïdia et Mazagan.
Les pourparlers, du côté gouvernemental, sont pilotés par l’équipe de la direction des aménagements et des investissements au ministère du tourisme. L’enjeu est de taille puisque les pouvoirs publics prévoient un investissement global de 9 milliards d’euros pour l’aménagement des stations balnéaires et le renforcement des infrastructures hôtelières conformément au business plan établi par l’accord-cadre de la vision 2010 signé entre les pouvoirs publics et la CGEM.
Ainsi, le premier dossier, en phase très avancée de finalisation, est celui de la station de Mogador (Essaouira) qui s’étend sur une superficie de 516 hectares avec une capacité d’hébergement de 8.000 lits. C’est sur cette seule station située à la province d’El Jadida que la liste d’attente comporte un candidat marocain, en l’occurrence, la CDG (Maroc Hotels & Villages) pour l’aménagement de la zone Mazagan (El Haouzia) située à la province d’El Jadida.
Le consortium franco-belge Thomas Piron/l’Atelier a exprimé un intérêt particulier au plan azur, dans la mesure où il a soumissionné pour deux stations en même temps : Lixus et Mogador.
La première station qui se trouve à la province de Larache s’étend sur une superficie de 507 hectares avec une capacité totale de 15 mille lits. Lixus se positionne sur le balnéaire adossé au Wellness (santé, remise en forme et sports en nature) avec pour finalité de booster l’activité touristique dans la région du nord.
Quant à la province d’Essaouira, sa station Mogador intéresse ce consortium en vue de développer le tourisme culturel sur une superficie de 348 hectares avec une capacité de l’ordre de 7.900 lits.
Le troisième groupe international impliqué dans le processus des négociations est l’espagnol Fadesa qui a focalisé son intérêt sur le Nord et plus précisément le site de Saïdia. Ce site situé à la province de Berkane s’étend sur une superficie de 614 hectares avec une capacité d’hébergement de 27 mille lits.
La station, dont l’appel à manifestation était infructueux est celle de la plage blanche de la province de Guelmim (250 km au sud d’Agadir). Pour parer à cet échec, le ministère de tourisme s’est engagé de relancer des négociations de gré à gré avec des investisseurs étrangers pour l’octroi de l’aménagement de cette station qui s’étend sur une superficie de 532 hectares avec une capacité totale de 26 mille lits, a déclaré auparavant à «ALM», Jawad Ziyat, directeur des aménagements et des investissements au ministère du tourisme. Le plan d’azur ne se limite pas à cinq stations. Il intègre, en outre le site pilote Taghazoute à Agadir. Ce dernier était le premier à avoir été concédé à la société Palais de Roses, filiale du groupe Dallah Al Baraka. Le groupe, dont la crédibilité a été mise à rude épreuve, doit déposer avant la fin du mois de juillet les détails de son offre d’aménagement du site (Argan Bay).
A rappeler que l’aboutissement du plan azur sera déterminant dans la mise en œuvre de la stratégie 2010 qui ambitionne de drainer dix millions de touristes. C’est aussi un test important pour l’économie surtout avec les attentats terroristes du 16 mai et la guerre en Irak qui ont pesé fortement sur l’activité touristique à destination du Maroc.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *