Le plastique dans le désordre

Selon la dernière enquête de l’Association Marocaine de Plasturgie, ce secteur compte environ 300 entreprises, soit 4,6% de l’ensemble des unités industrielles nationales. Ces entreprises emploient 114000 personnes et réalisent un chiffre d’affaires de 4,2 milliards de DH. L’enquête de l’association précise toutefois que, si l’on tient compte des entreprises, qui développent comme activité secondaire la transformation des matières plastiques, ainsi que le secteur informel, le nombre des opérateurs s’élève à près de 380.
Toujours selon l’étude, la production nationale atteint environ 245000 tonnes par an dont 200000 tonnes à partir de matière vierges et 45000 tonnes à partir de matières recyclées. L’Association de Plasturgie indique dans son rapport qu’en 2000, la capacité de production des entreprises n’a été utilisée qu’à hauteur de 63%.
La production porte essentiellement sur les articles de grande consommation au détriment des pièces techniques, électroniques et informatiques à base du plastique. Les principaux articles produits sont les articles ménagers (6,7%), tubes et raccords (10,1%), emballage (44,3%), films agricoles (12,1%), chaussures et parties (26,3%).
En ce qui concerne les importations de produits finis en matières plastiques, elles ont représenté en 2000, 1,63 milliard de DH contre 1,53 milliard de DH en 1999. La répartition en matière d’importations se présente comme suit : articles divers (40,1%), plaques, feuilles tubes et profilés (38,3%), emballage (15,2%), pièces techniques (3,4%), articles pour la construction (3%). Notons que les produits importants sont souvent des compléments de gamme ou des produits qui répondent à des besoins spécifiques non satisfaits par les fabricants locaux.
Concernant les exportations des produits finis, elles se sont établies en 2000 118,8 millions de DH en progression de 4,5 millions de DH par rapport à l’année précédente. 26,8% des exportations ont été destinées vers la France. Les exportations par catégorie de produits se répartit comme suite : (articles divers (41,6%), plaques, feuilles tubes et profilés (33,3%), emballage (13,1%), articles pour la construction (9,8%) et pièces techniques (2,2%). Pour ce qui est des matières premières utilisées, elles sont principalement le polyéthylène, le chlorure de polyvinyle, le polypropylène et le polystyrène. Quant au PVC, il est produit localement par la société SNEP basée à Mohammédia. En 200, les importations de matières premières ont atteint 2,2 milliards de DH contre 1,9 milliard de DH en 1999. La quasi-totalité des opérateurs locaux s’approvisionnent du Koweït, de la Libye et de l’Arabie Saoudite. A la lecture de ces chiffres, il apparaît clairement que le secteur de la transformation des matières plastiques offre un fort potentiel de croissance. Auprès l’Association Marocaine de la Plasturgie, on souligne que la concurrence internationale est de plus en plus agressive . D’où la nécessité d’une mise à niveau globale portant aussi bien sur la modernisation des équipements, l’amélioration de ses structures et la formation.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *