Le prix de la non-qualité

Combien coûte la mise en place d’une démarche qualité pour l’entreprise marocaine ?  Certainement moins cher que ce qu’elle peut lui coûter en cas de dysfonctionnement. Dans le secteur industriel, le coût de la non-qualité est beaucoup plus élevé. Les frais résultant de la non-qualité dans ce secteur sont évalués, entre 20 et 30 % du chiffre d’affaires, estime un responsable, de la direction de la normalisation et de la promotion de la qualité au sein du ministère du Commerce et de l’Industrie (MCI). Des chiffres qui devraient faire rougir les industriels. Alors que dans le domaine des services, ce coût est beaucoup plus important car il demeure un secteur qui se préoccupe très peu de la qualité.
Quoique ce secteur est le plus générateur de valeur ajoutée et de profit. Cependant, pour éviter la gestion non rationnelle de ses richesses, l’entreprise est tenue de disposer de plusieurs moyens pour entamer une démarche qualité. Surtout que, l’heure n’est plus aux ajournements. Compétitivité oblige.
Néanmoins, les entreprises sont bien loin de saisir la gravité de leur non-certification vu les piètres résultats des statistiques du MCI. Selon le ministère, seulement 200 entreprises seraient certifiées aujourd’hui contre 150 l’année dernière et ce, pour un total qui dépasse les 7.000 unités. Autant dire un pourcentage dérisoire.
Pourtant, toutes les opportunités leur sont offertes pour qu’elles démarrent leur course vers la certification. Pour aider les entreprises à intégrer la qualité en interne et les faire bénéficier d’un environnement favorable, le MCI propose plusieurs mécanismes.
À commencer par l’assistance de Fonds MEDA, le programme de mise à niveau financé par l’Union européenne (mise en place de centres techniques, aménagement des infrastructures d’accueil, appui aux associations professionnelles…). Ce programme prévoit l’accompagnement de 200 entreprises marocaines dans la mise en place de la démarche qualité et dont 60 seront accompagnées jusqu’à la certification.
Le démarrage des travaux est prévu pour la mi-novembre. Critères d’éligibilité : toutes PMI-PME dont l’existence est supérieure ou égale à deux ans et qui disposent d’un capital national de 50 % au moins. Ces opérations sont quasi-gratuites pour l’entreprise selon le responsable de la direction de la normalisation et de la promotion de la qualité
Aussi, dans la même suite, dans le cadre du MEDA 2, les entreprises pourront-elles entamer leur mise à niveau et leur accompagnement qualité ? C’est le fonds structurel alimenté par l’Etat marocain et l’Union européenne qui prend en charge l’opération et qui rembourse une quote-part pour chaque entreprise sur simple présentation de la facture.
Aujourd’hui, plus que jamais, l’entreprise marocaine, quel que soit le secteur, doit s’organiser pour améliorer sa compétitivité. Par l’adoption d’un système qualité capable de mettre l’entreprise à niveau.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *