Le renouveau touristique de Laâyoune

Le renouveau touristique de Laâyoune

Constitution d’un CRT local d’une part, dynamisation du Centre régional d’investissements d’autre part, les provinces du Sud sont en train de marquer des points importants dans l’échiquier touristique national. Le lancement du magazine «Le Régional de l’Investissement» s’inscrit d’ailleurs dans ce cadre.
Pour Hassane Moulaînine, le directeur du CRI, l’objectif visé par cette édition est de mettre en relief les atouts de la région, de présenter les opérateurs locaux, privés et publics et d’identifier les secteurs clés de l’économie régionale. Vu les tendances du moment, à l’avenir, le tourisme devra tenir une part prépondérante dans les activités économiques de la région.
C’est l’avis de Moulay Hamid Oueled Errachid, le président du Conseil eégional du tourisme, également vice-président de la municipalité. Le tourisme, déclare-t-il dans le premier numéro du magazine «Le Régional de l’Investissement» est, à côté de la pêche et de l’élevage, l’une des grandes activités de nos régions. «L’investissement est parfaitement viable dans les provinces du Sud, ajoute-il, puisque non soumis à la TVA et à l’IS. De plus, le foncier est à des prix raisonnables.
Le tourisme saharien constitue un pôle attractif sur le marché mondial. La tendance de la demande mondiale nécessite la mise en place d’un certain nombre de produits nouveaux. L’appel du désert retient des thèmes fondamentaux comme la solitude, le silence, les animaux, le grand espace, la nature. Les produits à confectionner doivent s’y inspirer, estiment les spécialistes.
Dans la stratégie suivie par le ministère du tourisme et l’ONMT, Dakhla et Laâyoune apparaissent comme bien adaptées au développement d’un tourisme de niche décliné sur la pêche et d’autres activités comme le windsurf, le sport en général. C’est une région qui recèle d’énormes potentialités touristiques avec un contraste intéressant désert-mer, une population accueillante et une culture riche. Noyau de la destination, la ville de Laâyoune dispose de cinq unités hôtelières parfaitement bien équipées et qui sont venduss à des prix modiques, comparées aux autres destinations du Maroc. Il y a une harmonie, des infrastructures, un Palais des Congrès… Il s’agit vraiment d’une destination qui pourrait intéresser la clientèle nationale.
Preuve de cet intérêt manifeste des autorités en charge du tourisme pour le Sud, c’est à Laâyoune que s’est tenue en juillet dernier la traditionnelle réunion de l’ONMT avec l’ensemble des délégués en poste à l’étranger. Une première dans les provinces du Sud, destinations de prédilection pour les circuits et les bivouacs. Les délégués du tourisme, qui ont recueillis un maximum d’informations et d’impressions sur le produit, devaient à leur tour sensibiliser les TO. Parmi les grands handicaps recensés, l’aérien vient au premier rang. La faiblesse de la demande condamne l’offre à une présence symbolique. Les professionnels qui veulent des formules adaptées avec la RAM ou, solution plus franche, une charterisation de la destination.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *