Le Royaume est prêt pour la flexibilité du régime de change

Le Royaume est prêt pour la flexibilité du régime de change

Selon le directeur du département Moyen-Orient et Asie centrale du FMI

«Le Maroc est prêt !». Ainsi s’exprimait, jeudi à Rabat, le directeur du département Moyen-Orient et Asie centrale du Fonds monétaire international à propos de l’évolution du Royaume vers un régime de change flexible. Jihad Azour estime que la décision de la mise en œuvre de ce régime est souveraine. Elle doit être, selon ses dires, «faite par le gouvernement».

Le directeur, qui présentait les perspectives économiques régionales du FMI pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, aborde également l’impact de l’augmentation du taux de croissance sur les secteurs sociaux. «Il faut arriver à des taux de croissance d’environ 6%. C’est ainsi qu’on arrive graduellement à attaquer le chômage», précise M. Azour. Comme il l’indique, 60% des opportunités d’emploi se trouvent dans les petites et moyennes entreprises.

Pour augmenter le taux de croissance, il importerait également, à ses yeux, d’obtenir du financement, d’intégrer des marchés. Aussi, la région jouit d’un capital humain énorme. 60% des citoyens, qui ont moins de 30 ans, sont connectés. Cet élément est, pour lui, important pour réaliser un saut économique. «Il faut entreprendre plusieurs réalisations pour augmenter la croissance», poursuit M. Azour.

Concernant la ligne de précaution et de liquidité, le responsable préfère ne pas en parler puisqu’une mission du FMI est au Maroc. Une conférence de presse étant prévue mardi prochain à ce sujet. 

Cela étant, les perspectives économiques régionales du FMI pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord viennent d’être présentées à Dubai avant de l’être à Rabat. Celles-ci font l’objet d’un rapport dont il ressort un taux de croissance de 1,7% dans la région Mena en 2017, notamment dans les pays exportateurs. Pour les pays importateurs, la croissance atteindrait 4,3% en 2017 contre 3,6% en 2016.

Pour rappel, le FMI organise en début 2018 à Marrakech un congrès autour des perspectives de la croissance et du financement de celle-ci afin de contenir un grand nombre de citoyens, notamment les femmes et les jeunes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *