Le secteur bancaire sous la loupe

Dans un rapport qui vient d’être publié, l’agence de notation américaine Standard & Poor’s (S&P) a rendu son jugement sur le secteur bancaire marocain. Dans ce document, S&P ne fait que rappeler des évidences. Ainsi, le rapport souligne que la solidité financière de notre système bancaire est étroitement liée à son environnement économique qui reste fortement dépendant du secteur agricole. Les analystes de S&P précisent en outre que même si l’économie marocaine est moins exposée à l’environnement extérieur que d’autres économies des pays arabes, elle ne devrait pas sortir indemne des attentats du 11 septembre aux Etats-Unis. L’agence américaine note par ailleurs que l’économie marocaine souffre d’un faible niveau d’épargne, d’un manque de flexibilité du marché du travail et d’un cadre législatif inadéquat. Ces éléments contribuent à dégrader le risque bancaire. Pour cette année, Standard & Poor’s n’a pas été tendre avec le Maroc. L’agence a revu son appréciation. Les perspectives de S&P sont révisées de stables à négatives. Une réévaluation qui a provoqué d’ailleurs la colère des finances. La structure américaine remet en question la stabilité macro-économique d’ici les trois ans à venir. Durant cette période dite de surveillance, S&P prêtera attention aux mesures qui seront prises. A en juger par les estimations de l’agence, le déficit devrait atteindre 6% du PIB en 2002 contre 9% en 2001. Un niveau jugé trop faible par S&P qui n’exclut pas le risque d’une aggravation de la situation, si la croissance n’atteint pas un niveau suffisant. A préciser que le décalage entre les estimations du gouvernement (2,9% du PIB en 2002) et celles de l’agence de notation s’explique par le mode de calcul adopté par cette dernière. S&P ne prend pas en compte les recettes exceptionnelles tels que les revenus de la libéralisation. L’agence constate par ailleurs que la politique entamée dans la gestion active de la dette a donné des résultats positifs mais qui ne sont pas à la hauteur des ambitions. Les efforts engagés depuis deux ans dans ce domaine ont permis tout de même d’améliorer les réserves en devises. Selon S&P, plusieurs indicateurs macro-économiques tels que le taux de change et le taux d’inflation risquent d’être déstabilisés d’ici trois ans.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *