Le secteur touristique conserve une croissance positive

Le projet de la «Vision 2010» s’achemine vers la concrétisation de résultats qui dépassent parfois les objectifs fondateurs de cette feuille de route du développement du tourisme marocain, notamment en matière de recettes, a affirmé le ministre du Tourisme et de l’Artisanat, Mohamed Boussaid. S’exprimant lors des travaux d’un panel du Forum méditerranéen de Tanger sur «L’impact de l’immobilier et du tourisme sur la croissance économique des pays du sud de la Méditerranée», le ministre a assuré qu’en dépit de la crise financière et économique mondiale qui sévit actuellement, le Maroc reste confiant quant à la concrétisation des objectifs de la «Vision 2010». Même si de grands marchés touristiques de la région méditerranéenne affichent une croissance presque nulle durant les 10 premiers mois de l’année 2008, le secteur touristique marocain a pu conserver une croissance positive en terme de nuitées dans les établissements touristiques classés. «L’on est même sur la voie de réaliser plus que prévu sur certains volets, notamment les recettes qui ont déjà atteint 59 milliards DH en 2007», a relevé le ministre. «On a tenu à se positionner sur un tourisme haut de gamme qui est actuellement à un indicateur de dépenses de 990 dollars par touristes, soit trois fois plus qu’en Tunisie», a-t-il précisé. Le ministre a mis l’accent sur le souci d’assurer un développement touristique respectueux de l’environnement. Un souci qui se traduit par des concepts d’aménagement des complexes touristiques dans les normes de la protection de l’environnement et la valorisation des sites naturels, a-t-il expliqué. Dans le cadre de la diversification du produit touristique, M. Boussaid a évoqué le «Plan Biladi» qui vise à présenter une offre hôtelière adaptée aux touristes nationaux qui représentent le cinquième des nuitées des établissements hôteliers. Et de préciser à ce sujet que l’objectif majeur de ce plan consiste à présenter à la clientèle nationale une offre d’hébergement adaptée aux traditions locales (voyage en famille) et surtout à des prix abordables d’une moyenne de 500 DH/jour par famille.
Evoquant les éventuelles répercussions de la crise financière sur le secteur, le ministre a affirmé que le marché marocain «dispose de tous les atouts pour rebondir rapidement et dépasser cette crise». Et de rappeler certains de ces atouts, notamment la proximité des marchés émetteurs. «Les destinations proche et moyen courrier par rapport au marché européen, qui représente l’essentiel de la clientèle du secteur touristique marocain, seront relativement épargnées et même avantagées en temps de crise», a-t-il fait remarquer à ce sujet. Toutefois, le département du tourisme s’emploie actuellement à préparer une stratégie d’anticipation pour l’année 2009 en prévision des éventuelles turbulences que risque de générer la crise financière mondiale à court terme

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *