Le titre d’IAM en tête du classement

La place boursière a noté une progression notable de ses deux indicateurs phares à l’issue de la semaine dernière. Ainsi, le Masi et le Madex se sont, respectivement, appréciés de 2,04% à 14.267,22 points et 2,12% à 11.810,41 points, ramenant, de fait, leurs performances annuelles respectives à 12,38% et 12,86%. Par ailleurs, sur le marché central, Itissalat Al-Maghrib est  montée d’un cran cette semaine, pour s’adjuger la première place du hit-parade des plus fortes variations. En ce sens que la valeur de l’opérateur historique s’est relevée de 7,18% pour s’échanger à 186,50 dirhams au lieu de 174 dirhams auparavant.
Seconde, Sonasid, elle, s’est accrue de 6,79% hissant de facto son prix à 3.460 dirhams, contre 3.240 dirhams la semaine dernière. Berliet-Maroc, pour sa part, s’est adjugé le troisième rang, établissant son prix actuel à 435 dirhams au lieu de 409 dirhams.  Sur la rive opposée, celle de la baisse, c’est Stockvis Nord Afrique qui a creusé le plus en territoire négatif, régressant de 5,43% pour se vendre à 749 dirhams au lieu de 792 dirhams auparavant. La deuxième plus forte baisse, en outre, est celle de la valeur HPS, qui a reculé de 3,55% pour passer de 1.410 dirhams à 1.360 dirhams.
Autre performance de la valeur Itissalat Al-Maghrib. Celle-ci s’est également classée en tête de peloton des dix valeurs les plus actives de la semaine, grâce à un volume d’échange de l’ordre de 789,3 millions de dirhams. CIH, de son côté, se place au second rang, affichant un volume de transactions de 410,5 millions de dirhams, et devançant la Sonasid avec ses 327,6 millions de dirhams, BMCE Bank avec 325,3 millions de dirhams, Addoha avec 288,1 millions de dirhams, et la CGI avec 279,1 millions de dirhams. Et une troisième performance, qui n’est plus à définir, est celle de la valeur IAM, en tant que plus forte capitalisation du marché. En effet, Itissalat Al-Maghrib affiche , au terme de la semaine précédente, une capitalisation de quelque 163,9 milliards de dirhams, doublant de loin la mise des autres capitalisations du marché central.Concernant cette valeur, notons que les tendances étaient haussières sur le marché français. En ce sens qu’au 15 février, le titre Maroc Telecom en était à sa septième séance de hausse dans un marché en chute. 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *