Le Tourisme marocain fait ses bilans

Plus d’une contradiction entre les chiffres émanant de la Fédération Nationale de l’Industrie Hôtelière et ceux de la Direction de la Planification et de Coordination de la Promotion. Pour cet organe relevant du ministère du Tourisme et qui rassemble dans son décompte, MRE et touristes étrangers, le Maroc a accueilli 4, 552 millions de touristes en 2003, soit une progression de 6% par rapport à 2002. Les marchés français et espagnols, les deux principaux pôles émetteurs de touristes, ont connu sur la période des croissances respectives de 4 et 15%. Seuls bémols, et ils sont de taille, les marchés allemands, anglais et italiens sont en perte de vitesse avec, respectivement, des baisses de –10%, -7% et –18%. Autres précisions apportées par le ministère sur la comparaison des situations des années 2003 et 2002, le recul des taux d’occupation à Agadir (-4%), Casablanca (-8%), Fès (-9%) et le plongeon de Ouarzazate (-13%). Même Marrakech (-1,09%) n’est pas épargnée. La seule performance est à mettre sur le compte de Tanger (+9%). Dans l’ensemble, le Maroc limite le recul de son taux d’occupation à –1% entre décembre 2002 et décembre 2003. Pour le ministère, «ce bilan, en termes de nuitées, peut être considéré comme rassurant » dans le contexte actuel où l’activité marque le pas à l’international. Le son de cloche est différent du point de vue des professionnels. Par la voix de son président, la Fédération Nationale de l’Industrie Hôtelière (la FNIH) (voir www.Aujourdhui.ma), s’inquiétait d’un bilan 2003, à la fois loin de l’année de référence 2000 et loin des objectifs 2010. Ce qui n’empêche pas La Direction de la Planification de boucler ses comptes avec le chiffre de 4, 208 millions de touristes enregistrés aux frontières et dans les aéroports marocains, soit une évolution de 2%. Les MRE représentent 2,18 millions de touristes dans ce total. En définitive, d’après ces chiffres, le Maroc n’a accueilli que 2 200 000 touristes en 2003. D’où d’ailleurs le constat de la FNIH qui compare ce résultat aux objectifs de 3 650 000 touristes étrangers prévus dans le contrat-programme 2010. Ce ralentissement des arrivées est d’autant plus perceptible chez les hôteliers que la capacité d’hébergement s’est considérablement accrue depuis 2 000 avec plus de 25 165 lits nouveaux. Mais, derrière, l’intendance n’a pas suivi: les nuitées ont chuté de moitié sur la période 2000-2003, d’après la FNIH.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *