Leader parmi les leaders

Le Comité Transitoire du Crédit Populaire du Maroc (CPM) et le Conseil d’administration de la Banque Centrale Populaire (BCP) se sont réunis, le mercredi 24 mars 2004, au siège de la BCP pour traiter essentiellement de l’arrêté des comptes du CPM pour l’exercice 2003. Le leadership de la première banque du Royaume est maintenu. Les résultas affichés font ressortir un total bilan à 95.053 millions DH, en augmentation de 7,5% par rapport à 2002. Le total des dépôts a enregistré un accroissement de 7.268 millions DH, pour atteindre au terme de l’exercice 81.649 millions DH, soit une progression de 9,8% par rapport à 2002. Le Groupe a maintenu sa place de leader du système bancaire avec une part de marché de 30%.
Le volume des crédits à l’économie distribués s’est élevé à 39.152 millions DH en progression de 14,2% par rapport à 2002. La part de marché en crédits à l’économie s’est nettement améliorée pour atteindre 22,4% au 31 décembre 2003. «Le groupe a par ailleurs, procédé à la constitution des dotations aux provisions assurant la couverture des créances en souffrance, en conformité avec la réglementation en vigueur», précise le communiqué du BCP.
Au niveau des activités de marché, le Groupe Banques Populaires a consolidé sa position de Leader du secteur avec une part de 41% à fin décembre 2003, en accroissement de 0,3 point par rapport à 2002.
Côté rentabilité, avec une progression de la marge d’intérêt de 7,1% ou +237 millions DH, et de la marge sur commissions de 11,5% ou +40 millions DH, le PNB du groupe a enregistré une hausse de 6,3% en se fixant à 4.568 millions DH. Son accroissement, conjugué à la maîtrise des charges générales d’exploitation, s’est traduit par une amélioration du coefficient d’exploitation.
Malgré la constitution de dotations aux provisions pour créances en souffrance (1.164 millions DH) et pour risques généraux (250 millions DH) ; le résultat net du groupe a enregistré une progression de 26% pour atteindre 765 millions au 31 décembre 2003.
Toutefois, la consolidation de la structure financière du groupe est confirmée. Les fonds propres du groupe ont atteint 8.837 millions DH enregistrant ainsi une progression de 6% par rapport à fin 2002. Le coefficient minimum de solvabilité se situe à 21,7% en dépassement notoire par rapport au minimum requis par la réglementation (8%). Au cours de l’exercice 2003, le groupe a procédé à l’extension de son implantation par l’ouverture de 33 nouvelles agences, portant le nombre total des points de vente, à ce jour, à 463. Le réseau GAB a, quant à lui, enregistré un renforcement substantiel avec l’installation de 43 nouveaux guichets au cours de l’année 2003, pour atteindre aujourd’hui 393 unités.
Par ailleurs, le Conseil d’administration de la Banque Centrale Populaire s’est réuni le même jour et a procédé à l’examen de différents points à l’ordre du jour, notamment les activités et résultats de la BCP à fin décembre 2003, le rapport du Comité d’audit, le point sur l’introduction en Bourse, la présentation de la Charte du contrôle interne, la circulaire de Bank Al Maghrib sur le devoir de vigilance et le Rating de la BCP.
Ainsi, le Conseil a approuvé les comptes de la Banque Centrale Populaire qui font ressortir une progression des ressources et des crédits à l’économie de +214% et +31,4% par rapport à fin décembre 2002, pour s’établir, respectivement, à 2.477 millions de dirhams et 4.607 millions de DH. Quant au Produit Net Bancaire, il s’est fixé à 660 millions de DH. Les engagements par signature donnés se sont élevés à 3.187 millions de Dh contre 2.638 millions de DH en 2002, soit une accroissement de +549 millions de DH (+21%). Le Résultat Net, quant à lui, a connu une progression de 38% en se situant à 378 millions de DH contre 274 millions de DH en 2002. De ce fait, le Conseil a décidé de proposer à l’Assemblée Générale de distribuer un dividende de 20 DH par action contre 13 DH pour 2002. Pour la Banque Centrale Populaire, seule banque marocaine notée officiellement, Standard & Poor’s a relevé, dans le cadre de la revue annuelle, la perspective de développement de «stable» à «positive» avec la confirmation du rating officiel BB/B.
La notation de l’agence de rating se fonde sur le rôle central que le groupe joue dans l’économie nationale en tant que leader de son secteur avec une forte capitalisation, une liquidité élevée, une large base de dépôts et de clientèle et une qualité de management avérée. La valeur devrait intéresser assurément plusieurs boursicoteurs. Rendez-vous pris avec la première cotation en juin prochain.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *