L’Economie Belge expose à Casablanca

L’Economie Belge expose à Casablanca

Le Salon Belgica se tiendra du 4 au 7 octobre 2004 dans le parking de l’hôtel Hyatt Regency. Sorte de version belge de France-Expo, l’événement clôturera l’année de la Belgique au Maroc, en présence d’un hôte de marque : Albert II, Roi de tous les Belges.
A travers cet espace, les trois régions belges, la Wallonie, la Flandre et Bruxelles-Capitale, exposeront sur leurs potentialités économiques vis-à-vis du Maroc, leur deuxième partenaire commercial en Afrique, juste derrière l’Afrique du Sud. En tout, une centaine d’exposants, appartenant à des secteurs divers, dont l’agroalimentaire, les BTP et le Tourisme, prendront part à ce salon. En marge de l’événement principal, se tiendra un forum auquel prendront part la Fédération des entreprises belges et la CGEM, en collaboration avec la Chambre de commerce belgo-luxembourgeoise.
Actuellement, le volume d’échanges entre le Maroc et la Belgique tourne en moyenne à environ 200 millions d’euros par an, entre 2001 et 2003. Les exportations vers le Maroc concernent les produits chimiques, les textiles, l’agroalimentaire. Dans l’autre sens, le Maroc exporte vers la Belgique pour environ le même volume.
La Balance commerciale est donc équilibrée entre les deux pays avec un léger avantage en faveur de la Belgique qui est le deuxième exportateur mondial par nombre d’habitants.
Des trois régions qui constituent la Belgique, la Flandre est la plus tournée à l’export où elle réalise 84% de son produit régional brut. En 1997, cette région a couvert 72% de l’ensemble des exportations belges pour un montant total de 111 milliards de dollars de marchandises. La Flandre dispose notamment d’un savoir-faire informatique et d’une compétence certaine en biotechnologie et en écotechnologie.
Marché en croissance, le Maghreb intéresse de plus en plus l’Office pour la promotion des exportations de la Flandre, qui sera présent au Salon Belgica. Egalement intéressé par le marché marocain, la puissante Union des entreprises de Bruxelles (UEB), la Chambre de commerce et d’industrie de Bruxelles et la direction du Commerce extérieur de la région qui représentent la région de Bruxelles-Capitale.
La Wallonie ne sera pas du reste. Nichée au coeur de la Blue Banana, espace international où se déploient d’intenses activités commerciales, économiques et financières, cette région francophone entretien des relations économiques importantes avec le Maroc dont elle partage au moins un point commun : 95% du tissu économique est formé de PME-PMI. Les pôles d’excellence wallons se nomment néo-céramique, pétrochimie, biotechnologie, industrie spatiale, graphique, biomédicale, pharmaceutique ou alimentaire. Annuellement le marché des technologies de l’information et de la communication croît de 10% et bénéficie de l’apport de 2 500 diplômés.
L’intérêt du Maroc pour cet événement est donc certain, d’autant que le Royaume est demandeur de compétences particulières dans le domaine des chemins de fer et du BTP, domaines où le Royaume de Belgique dispose d’expertise. A l’image de la convention signée entre l’Agence nationale pour la promotion de la petite et moyenne entreprise (ANPME) et l’Agence wallonne d’exportation (Awex), il s’agit de booster le partenariat privé-privé entre les deux pays.
Dans ce sens, la convention signée récemment par l’ANPME avec son homologue wallonne peut jouer le rôle de catalyseur. L’accord porte sur le financement partiel et à titre de don des importations des biens d’équipements et de services d’origine wallonne destinés aux projets économiques initiés au Maroc par des entreprises marocaines, wallonnes ou maroco-wallonnes. La part financée par le don Awex correspond à 35% de la valeur des fournitures, de quoi aider à la formation des sociétés mixtes maroco-belges.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *