L’économie mondiale va baisser de 1 à 2% en 2009

L’économie mondiale va baisser de 1 à 2% en 2009

L’économie mondiale devrait se contracter d’un ou deux pour cent cette année, estime le président de la Banque mondiale Robert Zoellick, précisant que l’environnement économique actuel est le plus dur depuis les années 1930.  
«A mon avis, la croissance va probablement chuter d’un ou deux pour cent», déclare Zoellick au Daily Mail daté de jeudi. «Nous n’avons pas connu des chiffres semblables depuis la Deuxième Guerre mondiale, ce qui nous ramène donc aux années 30. Nous traversons une période grave et dangereuse.» «Le commerce va probablement connaître son plus important repli depuis 80 ans», ajoute-t-il. De son côté, le directeur général du Fonds monétaire international, Dominique Strauss-Kahn, avait estimé, mercredi, que la réponse des pays riches aux problèmes des banques était trop lente. Selon lui, cette lenteur risquait de compromettre la reprise de l’économie mondiale en 2010, cette dernière restant prévue pour le milieu de l’année prochaine. «L’Europe Centrale et l’Europe de l’Est sont particulièrement menacées parce qu’au cours des deux dernières décennies, elles ont tenté d’accélérer leur intégration avec des investissements commerciaux», note-t-il. Zoellick a précisé que le sommet des leaders du G20 le mois prochain à Londres devra concentrer ses efforts sur une solution aux problèmes du système bancaire plutôt que sur l’adoption de mesures budgétaires destinées à doper la demande. «Les plans de relance seraient sans utilité si on ne répare pas le système bancaire», a-t-il conclu. Cette opinion risque de mettre le patron de la Banque mondiale en porte-à-faux vis-à-vis des dirigeants britanniques et américains qui ont lancé des appels en faveur d’un accroissement des dépenses. «Les plans de relance n’auront qu’un effet passager à moins de réparer le système bancaire», estime Zoellick qui souligne par ailleurs que la crise financière a accru la demande à l’égard des institutions financières mondiales. Zoellick a également indiqué que la Banque mondiale cherchait à lever des fonds via sa filiale privée, International Finance Corporation.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *