L’effet de la cassette Ben Laden sur les places

Les marchés boursiers ont clôturé en baisse, mardi dernier après la diffusion d’un communiqué attribué à Oussama ben Laden, appelant à des attentats-suicide contre les Etats-Unis et au soutien de l’Irak, ravivant la nervosité des investisseurs. Les prévisions prudentes du Président de la Réserve fédérale Alan Greenspan sur l’économie américaine ont également pesé sur la tendance. Le secrétaire d’Etat américain Colin Powell a estimé que la cassette audio diffusée par la chaîne de télévision Al Djazira basée au Qatar soulignait l’existence de liens entre l’Irak et le terrorisme mondial.
Le Dow Jones a reculé de 77,00 points, soit 0,97% à 7.843,11. L’indice Standard & Poor’s 500 a cédé 6,76 points (0,81%) à 829,21, après avoir interrompu lundi une série de quatre séances de baisse d’affilée. Le Nasdaq Composite à forte composante technologique, a perdu 1,17 point (0,09%) à 1.295,51. «Le marché s’est retourné lorsque Powell a parlé de la cassette (d’Al Djazira)», estime Peter Boockvar, stratège actions chez Miller Tabak & Co. «Tout le monde reste sur la touche dans un marché comme celui-ci, avec toutes ces rumeurs concernant des liens entre Al Qaida et l’Irak», note Steve Milona, trader chez HSBC Securities. «Les volumes sont particulièrement maigres aujourd’hui».
Dans son exposé semestriel devant la commission bancaire du Sénat, Greenspan a estimé que les questions géopolitiques rendaient toute évaluation claire de la santé de l’économie difficile à faire. Il a souligné que les incertitudes entraînées par l’éventualité d’une guerre en Irak constituaient un «obstacle formidable» à l’investissement des entreprises et mis en garde les autorités américaines contre tout dérapage des déficits. «Il a répété que la situation en Irak avait un effet réel», explique Rick Meckler, directeur de la société d’investissement Liberty View. « Pour certains investisseurs, cela suggère que la stratégie consistant à remettre à plus tard les achats d’actions jusqu’à ce que ce soit résolu, est probablement la meilleure».
Du côté des valeurs, le premier fabricant mondial de semi-conducteurs pour les téléphones portables «Texas Instruments» s’est adjugé 2,39% à 15,44 dollars. Le groupe a réaffirmé ses prévisions pour le premier trimestre, à savoir un bénéfice par action de l’ordre de six cent. L’indice des semi-conducteurs du Philadelphia Stock Exchange a pris 0,48%. Le deuxième opérateur télécoms américain SBC Communications a cédé 3,22% à 23,71 après avoir chuté lundi dernier sur des informations lui prêtant l’intention de faire une offre sur la filiale DirecTV de Hughes Electronics.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *