L’engouement pour les maisons d’hôtes bat son plein à Tanger

L’engouement pour les maisons d’hôtes  bat son plein à Tanger

Le bilan 2013 est encourageant pour les maisons d’hôtes à Tanger. Au cours de l’année écoulée, les résultats, en termes de fréquentation, confirment l’engouement des clients en particulier étrangers pour ce type d’établissements d’hébergement, toutes catégories confondues. Ceux-ci sont parvenus, en 2013, à afficher une progression de 42% en termes de nuitées. Les professionnels attribuent cet engouement pour les maisons d’hôtes à Tanger à leur aspect décoratif et à leur cuisine traditionnelle, mais aussi à l’ambiance familiale et résolument conviviale de leurs lieux.

Selon les dernières statistiques officielles, les maisons d’hôtes ont réussi, en 2013, à cumuler 14.689 nuitées contre 10.316 en 2012. À l’instar des autres établissements d’hébergement hôteliers tangérois, la fréquentation de ces résidences touristiques est en hausse pendant la période avril-août, mais aussi à l’occasion de certains événements, dont le Festival de jazz (Tanjazz), tenu généralement au mois de septembre. Quant à leur taux d’occupation, celui-ci est passé de 19% en 2012 à 35% en 2013.

En comparaison avec les deux villes impériales de Fès et Marrakech, le phénomène des maisons d’hôtes est relativement récent à Tanger. Il remonte au début des années 2000, et ce, avec l’ouverture des premières maisons d’hôtes. Ce mode de résidences touristiques a commencé à se développer grâce au lancement, il y a quelques années, de l’opération de régularisation de la situation des maisons d’hôtes.

Parmi lesquelles, d’anciennes demeures, appartenant dans le passé à d’anciens notables, ont été rénovées pour être transformées en maisons d’hôtes.
Les mêmes données font part que les maisons d’hôtes de la ville se chiffrent à présent à plus d’une vingtaine, générant une capacité litière de 400 lits. Alors qu’en 2007, toute la wilaya de Tanger ne comptait que treize maisons d’hôtes (dont neuf dans la ville du détroit). Et comme c’est le cas pour Fès et Marrakech, la majorité de ces établissements tangérois, propriété des étrangers, se situe dans l’ancienne médina.

Il est à noter que l’engouement pour les maisons d’hôtes à Tanger a incité de grands groupes immobiliers à investir dans ce secteur. À cet effet, la ville connaît, ces dernières années, une série d’ouvertures de résidences touristiques, dont le Palais du Calife & Spa qui vient d’être classé, dernièrement, par la commission de classement comme maison d’hôtes de première catégorie. Construit hors des murs de l’ancienne médina, plus précisément dans la zone touristique Ghandouri, ce nouvel établissement vient renforcer la capacité d’accueil de la ville de 52 chambres et 15 suites.

Considérées comme la fierté de la ville pour leur emplacement et leur architecture unique, certaines maisons d’hôtes, dont le Mirage, continuent d’être un lieu très prisé par les princes, les célèbres artistes et les grandes personnalités marocaines et étrangères.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *