L’entrée progressive de la production de l’oignon équilibrera le marché

L’entrée progressive de la production de l’oignon équilibrera le marché

La tutelle rassure quant à la normalité des prix

Retour à la normale pour l’oignon. Les prix reprennent progressivement leur cours ordinaire après une hausse ayant alarmé les ménages les deux premiers jours du Ramadan. Cet aliment indispensable à la table marocaine se vend actuellement au prix de 5, voire 6 dirhams le kilo. Un cours qui reste plus au moins élevé par rapport à la même période de l’année précédente. La tutelle note, à cet effet, une hausse de 50% par rapport à 2018. Face à ces ventilations, le département de l’agriculture rassure les consommateurs quant à la régularité des prix, et ce avec l’entrée progressive de la production de l’oignon de la saison en cours et le tassement de la demande des ménages avec l’avancement du mois de Ramadan.

La tutelle a tenu par ailleurs à expliquer la situation actuelle de la production et commercialisation de l’oignon en étalant l’origine des variations ayant engendré une tension sur les prix, voire un déséquilibre entre l’offre et la demande. La périodicité de la culture est le premier facteur évoqué. Le ministère de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts précise dans ce sens que la culture d’oignon d’hiver (oignon vert) est pratiquée essentiellement dans les zones pluviales dites Bour. Ces dernières ont été impactées négativement par les faibles pluies, notamment durant les mois de janvier et février. «Durant cette période, les conditions climatiques défavorables ayant sévi dans les zones de production de l’oignon d’hiver, notamment dans la Chaouia et Doukkala et dans une moindre mesure dans le Saiss et Zaer, ont été à l’origine d’une baisse de près de 33% de la production», apprend-on de la tutelle qui souligne par ailleurs que «la commercialisation de l’oignon vert arrive à sa fin au mois de mai».

En effet, la campagne de commercialisation et de stockage de l’oignon sec prend fin le mois d’avril. Une période qui coïncide cette année avec le début du mois de Ramadan marqué annuellement par une forte demande des ménages. «Le marché a connu une perturbation due au déséquilibre entre l’offre et la demande, ce qui a exercé une tension sur les prix qui affichent actuellement des niveaux de 5 à 6 DH/kg pour l’oignon frais, soit une hausse de 50% par rapport à 2018», fait savoir le ministère. Et de souligner que «la hausse est plus importante pour l’oignon sec qui arrive en fin de stocks avec des volumes très faibles sur le marché, ce qui a pour effet d’augmenter ses prix». La tomate, quant à elle, a vu son prix se redresser. Sa production se situe à de bons niveaux. La tutelle affirme qu’à la veille du mois sacré, le marché a connu un bon approvisionnement et un bon niveau de prix de la tomate. Au premier week-end de Ramadan, le prix de la tomate n’a pas dépassé les 4,5 dirhams le kilo. Si l’on prend le cours enregistré au 7 mai, il ressort que le prix de la tomate a atteint dans les marchés de gros de Fès 3,40DH/kg, contre 3,40 dirhams à Oujda, Marrakech et Rabat. Au marché de gros de Casa, le kilo était de 4,33 dirhams contre 4 dirhams à Tanger.

«En comparaison à la journée du 6 mai, les prix de la tomate ont toutefois varié selon les régions avec des hausses autour de 8% à Fès, Casablanca, et Tanger et une baisse de 12,5% à Oujda par exemple», relève-t-on du département de l’agriculture. Il est utile de rappeler que la production de primeurs arrive à sa fin et que la part des superficies des tomates précoces et extra précoces a été importante lors de cette campagne 2018/2019. Se référant à la tutelle, cette situation s’est traduite par des volumes plus faibles mis sur le marché local durant le mois de mai. Le ministère indique dans ce sens que la récolte dans la zone côtière de Safi à Mohammedia qui est la plus grande zone de production de tomate de saison est à ses débuts (récolte sélective). Aussi, la pleine entrée en production, prévue dans une semaine, va radicalement changer la situation du marché.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *