Les ambitions gabonaises de la RAM

Les ambitions gabonaises de la RAM

Royal Air Maroc se trouve toujours sur la piste d’Air Gabon. La récente rencontre entre le PDG de la compagnie nationale Mohamed Berrada et le ministre gabonais des Finances Paul Toungui le prouve. A l’ordre du jour de cette rencontre, qui s’est tenue jeudi 1er septembre à Rabat, la privatisation de la compagnie arienne gabonaise et son rachat par la RAM.
L’offre marocaine, qui semble être la plus intéressante pour la partie gabonaise concerne la création d’Air Gabon International ; Air Gabon, dans sa version actuelle, devant disparaître au profit de la nouvelle entité. La nouvelle société d’aviation gabonaise n’assurera que les vols internationaux. Elle desservira ainsi des destinations en Afrique et en Europe, tout en répondant aux normes standard en matière d’aviation internationale, selon la RAM. La compagnie marocaine entend ainsi rencontrer un nouveau succès après les excellents résultats réalisés au Sénégal avec la création d’Air Sénégal International, détenue à hauteur de 51 % par Royal Air Maroc. Cette compagnie a été, rappelons-le, créée officiellement le 2 novembre 2000.
Fragilisée par un lourd endettement et une flotte à bout de souffle, Air Gabon est confrontée à une sérieuse crise financière. Pour la seule année 2005, l’entreprise a un besoin pressant de quelque 13,5 milliards de francs CFA (près de 20 millions d’euros). Montant que l’Etat gabonais se trouve dans l’incapacité de débloquer, comme l’a d’ailleurs signalé le Premier ministre de ce pays de l’Afrique de l’Ouest. Avec un passif de l’ordre de 32 millions d’euros, cette compagnie africaine ne respectait plus ses plans de vol. Plusieurs de ses avions ont été régulièrement saisis pour diverses raisons.
Tout récemment, la compagnie a arrêté tous ses vols par manque d’avions. La reprise a été rendue possible grâce à l’affectation par l’Etat d’un Fokker 100 en location et à la réparation d’un Boeing 767 longtemps cloué au sol pour une panne de moteur.
Ces deux avions ne suffisent pas cependant à relancer véritablement la compagnie reconnue comme le porte-étendard des couleurs gabonaises à l’étranger. Il est à signaler que le capital de la compagnie aérienne gabonaise, créée en 1977, a longtemps été détenu par l’Etat gabonais et Air France. La société française s’est retirée en 2001, alors qu’Air Gabon était déjà empêtrée dans des difficultés financières.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *