Les applications mobiles, un levier de croissance pour l économie numérique

Les applications mobiles, un levier  de croissance pour l économie numérique

Pour le lancement d’une nouvelle licence en Ingénierie des nouvelles technologies de l’information et des télécommunications (INTIC), l’Université internationale de Casablanca (UIC) a organisé mercredi dernier une table ronde sous le thème : «Les applications mobiles: levier de développement de l’entreprise. Réalité et perspectives au Maroc».
Les NTIC sont parmi les piliers du développement de l’économie numérique au Maroc et offrent de nombreux débouchés professionnels. Mais l’enjeu actuel pour le Maroc pour les années à venir est, non seulement de pérenniser les avancées déjà réalisées, mais surtout de faire office de hub régional. Dans cette optique, le développement en ressources humaines hautement qualifiées devient une priorité. «Pour se développer, le secteur des applications mobiles au Maroc doit disposer d’un vivier de compétences à la fois sur le plan du développement, du design mobile, que du marketing digital afférent. Cette filière commence à émerger et il nous faut maintenant la structurer pour lui assurer évolutivité et perfectibilité», déclare Jamal Benhamou directeur du Soft Centre, Agence nationale des réglementations des télécommunications (ANRT). L’école d’ingénierie de l’UIC, à travers sa nouvelle licence, a pour vocation «de contribuer à l’essor de l’économie numérique au Maroc en formant des ressources humaines qualifiées tant sur le plan technique que managérial», explique à son tour Abdelghani Toumi, directeur de l’école d’ingénierie de l’UIC. Et d’ajouter que «la démarche pédagogique est axée notamment sur une immersion en entreprise, la mise en pratique sur des cas concrets et des modules transversaux qui façonneront l’aspect managérial de nos lauréats». Par ailleurs, les applications mobiles constituent aujourd’hui, un nouveau champ de bataille pour séduire de nouveaux clients au niveau mondial. «Les revenus générés par les applications mobiles devraient atteindre 15 milliards de dollars à fin 2012»  prévoit M. Benhamou.
On en déduit que ce marché, bien qu’à ses prémisses, dispose de réelles perspectives d’évolution.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *