Les Banques populaires prennent le contrôle de la Coface

Le groupe français de réassurance Scor a annoncé hier la cession de sa part de 35,26% dans la Coface à Natexis Banques populaires pour un montant global de 290 millions d’euros. Natexis, qui détenait déjà 19% du groupe d’assurance-crédit, prévoit de lancer ultérieurement une offre sur le solde du capital de la Coface.
Cette opération sera réalisée au même prix que celui de la part de la Scor, soit 62 euros par action, ce qui représente une prime de 7,8% par rapport au dernier cours de clôture de 57,5 euros, jeudi dernier. Sur la base d’un achat de la totalité des actions disponibles, le montant maximum de l’acquisition s’élèverait pour Natexis à 635 millions d’euros (après versement d’un dividende de 1,47 euro par action).
Natexis, pour qui cette opération sera relative dès 2002 en termes de bénéfice par action, souhaite néanmoins maintenir la cotation de la Coface et n’a pas l’intention de procéder à une offre publique de retrait suivie d’un retrait obligatoire. Cette offre sera lancée ultérieurement après levée des conditions suspensives, a souligné le porte-parole du groupe Banques populaires, ajoutant que la filiale de banque de financement et d’investissement du groupe financera l’opération sur ses ressources propres. Le ratio tier one de Natexis banques populaires devrait rester supérieur à 7%.
L’acquisition de la Coface s’inscrit pour le groupe Banques populaires et sa filiale Natexis dans le cadre d’une stratégie de renforcement de leurs activités de services aux entreprises, en développant notamment en commun l’affacturage et les financements structurés. La Scor a pour sa part précisé dans un communiqué que l’opération lui permettra de dégager une plus-value de 96 millions d’euros. Elle libérera par ailleurs, en terme de «risk based capital», l’équivalent de 180 millions d’euros de fonds propres qui seront redéployés vers l’activité de réassurance, qui offre, pour les prochaines années, des perspectives de rendement en forte amélioration, a souligné le groupe de réassurance.
Le troisième groupe d’assurance crédit dans le monde, derrière Euler-Hermès et Gerling-Nmc, la Coface avait été introduite en bourse à 55 euros début février 2000.
L’action avait touché un plus haut de 151,60 en mars 2000, en pleine bulle Internet, alors que le marché attendait monts et merveille de son système de notation en ligne e-ratings.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *