Les challenges de l’Afrique vus par Atlantic Dialogues : Crise de leadership, éducation, sécurité…

Les challenges de l’Afrique vus par Atlantic Dialogues : Crise de leadership, éducation, sécurité…

Selon Daniel Hamilton, les Etats-Unis sont restés focalisés sur l’Amérique latine pendant le mandat d’Obama. Pessimiste, il craint que la militarisation croissante de la politique américaine empêche toute possibilité de rapprochement réellement constructif entre les Etats-Unis et l’Afrique.

Pour réussir son développement l’Afrique doit surmonter de nombreux challenges. En effet, au cours de la deuxième et troisième journées des Atlantic Dialogues qui se sont clôturés le 15 décembre 2017 à Marrakech, les intervenants se sont penchés sur les pistes à prendre pour assurer au continent le développement auquel aspirent ses populations. Pour y arriver, la première question posée est celle de savoir pourquoi l’Afrique ne parvient pas à s’imposer en tant que continent riche et puissant compte tenu du potentiel dont elle dispose. Au programme de ces deux jours, l’éducation, la coopération, la crise de leadership et la sécurité se sont imposées dans les débats.

Comment former les jeunes aux nouveaux emplois ?

«Quand même il existerait des postes à pourvoir, il faut qu’il y ait des Africains capables de les occuper !», souligne Silas Lwakabamba, ancien ministre rwandais de l’éducation. Par exemple, «au Rwanda, les diplômés sont très forts en théorie, mais restent très peu aptes à transposer leurs compétences en entreprise», a-t-il précisé.

Pour sa part, Kassie Freeman, PDG de l’African Diaspora Consortium, a proposé de revenir à l’éducation à l’ancienne qui, pendant des années, avait donné des résultats.

Les investissements comme seule issue

Autre thème majeur, celui du rôle de la politique étrangère dans le développement. Pour Hubert Vedrine, ancien ministre des affaires étrangères français, les politiques étrangères sont devenues de plus en plus dépendantes de l’opinion publique. Aujourd’hui, les Occidentaux ne dominent plus le monde. Pour Ana Palacio, conseillère d’Etat espagnole, «l’Afrique deviendra bientôt le grenier du monde. De plus, l’Afrique est jeune, tandis que le reste du monde est vieillissant. C’est à la fois une bénédiction et un privilège pour ce continent très prometteur».

Quel avenir pour la coopération entre l’Amérique et l’Afrique ?

La coopération est un vecteur de développement gagnant-gagnant. Pour les participants à la session consacrée au rapprochement entre l’Amérique et l’Afrique, il est temps de passer à une coopération plus efficace entre les pays des deux continents. Selon Daniel Hamilton, directeur exécutif du Centre des relations transatlantiques relevant de la Hopkins University, les Etats-Unis sont restés focalisés sur l’Amérique latine pendant le mandat d’Obama. Pessimiste, il craint que la militarisation croissante de la politique américaine empêche toute possibilité de rapprochement réellement constructif entre les Etats-Unis et l’Afrique. Pour Jorge Castaneda, professeur à la New York University, la lutte contre le terrorisme est devenue le prisme dominant de l’approche américaine vis-à-vis du continent.

Le défi sécuritaire

Lors de la troisième journée de cette rencontre, les intervenants ont débattu de la sécurité dans le continent. Pour le major général Barre Seguin de l’US Africa Command, cette question n’est pas seulement militaire, elle est également sociale, identitaire, économique et alimentaire. De son côté, Khalid Zerouali, wali responsable du contrôle des frontières au Maroc, souligne qu’on ne parle pas assez de tous ces millions de migrants et de réfugiés qui se déplacent entre pays au sein même de l’Afrique.

Hubert Vedrine : La politique du Maroc en Afrique est très ambitieuse

Présent lors de ces journées, Hubert Vedrine, ancien ministre français des affaires étrangères, confie : «Il n’y a pas à choisir entre la politique étrangère et la politique de développement économique.

Tous les pays combinent les deux». Concernant la coopération entre le Maroc et la France pour le développement de l’Afrique, celui-ci a déclaré qu’il y a une politique très ambitieuse du Maroc depuis 20 ans qui porte ses fruits aujourd’hui.

Le Maroc est très présent dans les pays d’Afrique. Quant à la France, elle a une présence importante en Afrique depuis longtemps et pas que dans la partie francophone. Selon lui, il y aura de nombreuses opportunités de coopération dans ce sens entre le Maroc et la France. Sur le plan sécuritaire, ce que fait la France dans le Sahel personne d’autre ne peut le faire pour le moment.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *