Les chantiers de Barid Al Maghrib

Les chantiers de Barid Al Maghrib

Une conférence de presse tenue à Casablanca par les responsables de Barid Al Maghrib a permis de lever le voile sur le vaste et ambitieux chantier que Barid Al Maghrib a lancé. Ce fut l’occasion également de se saisir des principales raisons du recul des bénéfices. S’exprimant à cette occasion, Mohamed Wakrim, directeur général de BAM a expliqué cette baisse de 41% des bénéfices par l’opération de départ volontaire entamée en 2002. De 8699, l’effectif est en effet passé à 7600, soit plus de 1000 départs, avec un coût total de l’ordre de 300 millions DH. La bonne situation financière constatée en 2000 et consolidé en 2001 devrait être relancée à partir de 2004. Cela dit, le chiffre d’affaires du postier national a enregistré une hausse significative, passant de 811 millions en 1998 à 1,120 milliard DH, avec une croissance annuelle moyenne de près de 9%. Parallèlement, les investissements sur cette même période ont évolué de façon substantielle, passant de 97 millions DH à 184 millions DH. Le total des investissements sur cette période est de l’ordre de 690 millions DH, financés par les moyens propres de BAM. Les principes stratégiques de BAM sont axés sur la préservation et le développement de la synergie entre les trois métiers de BAM, qui sont le courrier, la messagerie et les services bancaires. L’intégration des standards de qualité, la capitalisation sur le core-business et la diversification des a gamme de prestations, l’intégration des NTIC dans le cadre des métiers et la conjugaison du service public et des marchés concurrentiels. Une nouvelle stratégie qui implique de nouvelles structures et un nouveau style de management. À travers Barid Al-Ghad, appellation de cette stratégie un nouveau challenge est à relever. Il se décline en différentes facettes. Pour le pôle financier, BAM compte assurer un service public de base au moindre coût, développer le segment des catégories moyennes, fidéliser celui des grands comptes et développer le segment des MRE. Pour le pôle courrier messagerie, le postier national entend consolider sa position sur le marché du courrier, renforcer son positionnement sur celui de la messagerie et développer le marketing direct. A cela s’ajoutent la poursuite du développement du réseau postal en l’adaptant à son environnement dans une optique géomarketing et en modernisant les points de contact, au nombre de 1600. Le transfert des tâches opérationnelles vers les régions, la décentralisation et le déploiement d’Unigestion, un progiciel intégré de gestion RH figurent également dans cette stratégie. Le but est de déployer de nouveaux outils en matière de gestion des ressources humaines. Le nouveau mode de management est axé sur le couple objectifs/moyens via des contrats de gestion et le management par filière. Un plan de formation sera mis en place pour accompagner ces changements. La nouvelle structure, qui tend à responsabiliser davantage les cadres de BAM a été entamée depuis septembre 2000 au niveau du siège et de deux grandes régions, Casablanca et Rabat. Cette nouvelle configuration sera généralisée au niveau de toutes les régions d’ici septembre 2003. Parmi les autres projets de BAM figure le projet monétique. Un pôle qui constitue 36% du C.A de cette institution avec plus de 588.000 comptes chèques postaux (CCP) et plus de 1,68 million de comptes d’épargne. Le projet vise à réduire la concentration de l’activité sur les bureaux de poste en faisant bénéficier les clients des moyens basés sur les nouvelles technologies et en améliorant la qualité des services tout en permettant aux clients une gestion rationnelle de leurs retraits. Ceci, à travers la distribution de 75.000 cartes de retraits et la mise en place de GAB (au nombre de 50) dans les zones de grand afflux. Ce qui permettra de décongestionner les guichets. La phase de lacement-expérimentation est pour septembre 2003. Cette solution monétique répond aux normes internationales (EMV, Visa, Mastercard…). D’ici 2005, quelque 300.000 cartes seront distribuées. 200 guichets seront également mis en place. Autre projet ambitieux, le système Courrier hybride qui vise l’intégration des NTIC dans les métiers de la poste. « L’orientation du marché va dans le sens de l’externalisation. Les entreprises se recentrent sur leurs métiers de base. La demande accrue pour le publipostage implique que la Poste se doit d’offrir une prestation intégrée et complémentaire par rapport au courrier classique », a déclaré Abdelilah Boucetta, directeur de la filière courrier-messagerie. Le système courrier hybride combine dans ce sens le traitement électronique des fichiers du client, qui sont routés vers le centre d’édition le plus proche, et la livraison physique des documents. Le Courrier hybride peut également être appliqué au marketing direct via le courrier (mailing). Enfin figure le nouveau site internet, opérationnel, de BAM (www.bam.net.ma), nettement plus interactif et réactif que l’ancien site. Il offre un espace d’accueil virtuel (clients, prospects, fournisseurs), une plaquette publicitaire avec textes, photos et vidéo. Des efforts qui, combinés, risquent de faire parler de Barid Al Maghrib. Des retombés tangibles sur le client sont à espérer.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *