Les CRI : Dix ans au service de l’investissement au Maroc

Les CRI : Dix ans au service de l’investissement au Maroc

«Nous avons décidé qu’il sera créé, sous la responsabilité des walis de région de Notre Majesté, des centres régionaux d’investissement, ayant deux fonctions essentielles : l’aide à la création d’entreprises et l’aide aux investisseurs». Ce fut le message principal de la Lettre royale du 9 janvier 2002 adressée à Abderrahmane Youssoufi, qui était Premier ministre à l’époque. Une lettre de Sa Majesté le Roi Mohammed VI qui a donné le coup d’envoi à l’une des institutions économiques les plus efficientes de la décennie. Il y a de cela 10 ans et les Centre régionaux d’investissement (CRI) fêtent, donc, leur premier anniversaire à deux chiffres. Contactés par ALM, les différents centres du Royaume étaient plongés dans des réunions et des rapports sur leurs bilans de 10 années d’existence. Un bilan qui s’avère riche et lourd en réalisations. En effet, le climat des affaires au Maroc s’est trouvé largement avantagé depuis la création des CRI. Ainsi, le circuit de l’investisseur s’est beaucoup amélioré et les délais de création d’entreprise se sont nettement réduits. En effet, les CRI visent la décentralisation, la simplification des procédures, la proximité et l’unicité de l’interlocuteur régional. Ils sont en place au niveau de toutes les régions économiques en vue d’assister les investisseurs en matière de procédures d’investissement. Bien que le CRI n’est pas un passage obligé, il reste toutefois un passage fortement recommandé en matière de création d’entreprise. Ainsi, les investisseurs restent libres de recourir aux prestations du CRI ou d’effectuer d’eux -mêmes les démarches nécessaires pour initier leurs projets. Mais dans ce dernier cas, les délais sont plus longs dans la mesure où l’investisseur doit consulter chaque département séparément et les procédures s’en trouvent plus complexes. Par ailleurs, le classement du Maroc dans l’édition 2012 du Doing Business est le meilleur témoignage de la dynamique positive entreprise en matière des investissements au Maroc et à laquelle les CRI participent activement. En effet, le Maroc est dans le top 10 des pays les plus réformateurs, selon le classement Doing Business qui porte sur 183 économies. Ainsi, grâce à ses actions ciblées, le Maroc s’est hissé du 183ème rang au 94ème, gagnant 21 places dans le classement mondial. Dans ce sens, ces avancées sont la consécration d’un travail structuré et qui s’inscrit dans la durée à l’image de la création des CRI qui en dix années de vie ont donné leurs fruits et ont contribué à dynamiser l’économie marocaine.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *