Les cultures d’automne tirent profit des dernières pluies

Le secteur agricole a été sauvé par les dernières pluies généralisées, qui ont été enregistrées depuis début janvier 2008. Cela est d’autant plus perceptible pour ce qui concerne l’achèvement des travaux d’installation des cultures d’automne, indique le ministère de l’Agriculture et de la Pêche, mais aussi pour ce qui est de leur levée dans des conditions favorables.
« Outre le bon développement végétatif de l’oignon conduit en bour et de la pomme de terre de primeurs, ces précipitations ont contribué favorablement à l’amélioration des calibres d’agrumes et de la teneur en huile de la production oléicole pendante », commente le ministère dans un communiqué publié lundi.
Par ailleurs, l’installation des nouvelles plantations fruitières, la constitution d’une bonne réserve en eau pour le bon démarrage végétatif des différentes espèces fruitières et le bon démarrage de la végétation naturelle des parcours sont autant d’autres impacts positifs des conditions climatiques très favorables ayant prévalu lors de la présente campagne.
En effet, la superficie totale semée en céréales d’automne (blés et orge) s’est élevée, au 9 janvier 2008, à 4,8 millions ha, soit, à la même date, une hausse de
20% par rapport à la campagne précédente et de 4 % par rapport à la moyenne des cinq dernières campagnes. Notons, par ailleurs, que l’état végétatif de ces cultures est bon dans l’ensemble des régions agricoles. Au volet du programme de garantie de la production céréalière contre la sécheresse, reconduit au cours de la campagne agricole 2007-2008 avec un soutien de l’Etat des cotisations à hauteur de 50 % et la mobilisation de 120 millions  DH pour l’indemnisation des agriculteurs sinistrés, il est à signaler que l’opération de souscription s’est achevée le 15 décembre 2007.  Ainsi, la superficie totale souscrite a atteint 140.200 Ha pour 8.434 adhérents, soit un taux de réalisation de l’ordre de 47 % (superficie programmée de 300.000 ha) et une hausse de 30 % par rapport à la campagne précédente (108.000 ha).
La répartition des souscriptions par niveau de montant garanti révèle la forte affluence des agriculteurs sur le Niveau 2 dont le montant de cotisation est fixé à 2.000 DH/ha (5.415 adhérents pour 57.100 ha) et la prédominance des superficies souscrites au titre du Niveau 3 dont le montant de cotisation est fixé à 3.000 DH/ha (77.800 ha pour 2.067 adhérents), contre seulement 5.300 ha pour 952 adhérents pour le Niveau 1 (1.000 DH/ha).

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *