Les défis de la région MENA

Les défis de la région MENA

Stimuler les marchés financiers et boursiers en Afrique du Nord, dans les pays arabes et dans d’autres économies émergentes. Tel est l’objectif de la tenue du 2ème Forum et exhibition internationaux de la finance et des affaires, Global Wealth 2003. Une manifestation entamée ce mardi 2 décembre et qui se poursuit jusqu’au 5 à Casablanca. Elle donne suite au premier Forum et de la Foire Internationale de la Finance et des Affaires , tenus au World Trade Center de Dubai en Mai 2002.Il s’agit d’un événement qui a pour but de constituer une plate-forme pour les sociétés d’investissement, les banques, les organismes financiers, les gestionnaires de patrimoine, les courtiers, les bourses et les hommes d’affaires dans le but d’échanger les idées et finaliser des négociations d’affaires. Le thème retenu n’est autre que « Vers le développement des politiques financières au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, pour relever le défi de la mondialisation ». Ce Forum prévoit la participation d’environ 1.500 personnes. Parmi les sujets qui seront abordés, figurent le rôle des marchés financiers au 21ème siècle, le développement du contrôle interne, le rôle de la Banque Mondiale dans le développement du secteur financier et les avantages de la région MENA et les différents attraits qu’elle est à même de représenter aux investisseurs étrangers. Trois thèmes principaux ont été retenus dans le cadre des différentes conférences et débats. Le premier a trait au Maroc. Il y sera question des incitations à l’investissement au Maroc et des priorités en matière de réformes financières et bancaires. Au coeur de ce débat, figure la modernisation de l’environnement de l’investissement au Maroc, que ce soit au niveau des procédures administratives et judiciaires, avec notamment la création des Centres régionaux d’investissement, des réformes et incitations fiscales engagées par le pays, de la mise à niveau des entreprises, notamment les PME, des infrastructures, en télécommunications comme en transport. Il y sera également question de la modernisation du cadre juridique des activités bancaires, avec la révision de la loi bancaire, le renforcement des règles prudentielles et l’application des principes de Bâle 2 (2006), le développement du contrôle interne et la modernisation du marché des capitaux que ce sujet implique. Le deuxième thème concerne le secteur bancaire et financier face aux défis de l’environnement régional et international. La globalisation et libéralisation des services bancaires et financiers, la privatisation des banques et le rapprochement et fusion des banques seront traités en détail. Ceci, ainsi que le dossier du partenariat avec l’Union européenne et avec d’autres groupements et pays étrangers (Europe, Amérique, Asie, Afrique), le rôle des banques dans le développement des zones maghrébines et arabes de libre-échange et dans le financement de l’investissement. Autre défi, autre thème, celui des TIC. Les défis des technologies de l’information et de la société de l’information, leur intégration dans toutes les activités, les investissements dans les TIC et les questions relatives au e-commerce et les nouveaux moyens de paiement, et les aspects techniques commerciaux et juridiques qu’ils impliquent seront également discutés. Pour en parler, une palette d’experts et de responsables sont attendus. A commencer par le secrétaire général de la Ligue Arabe, Amr Moussa, le Country Manager de la région MENA au sein de la BM Ferid Belhaj, Mohamed Belarj, 1er vice président et General Manager de MasterCard dans la région MENA. Côté marocain, il y aura notamment Fathallah Oualalou, ministre des Finances et de la Privatisation, Abdellatif Jouhari, Gouverneur de Banque Al-Maghrib, Noureddine Omary, PDG de la BCP et plusieurs autres spécialistes de la finance. Un événement à ne pas rater.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *