Les énergies renouvelables au Maroc, nouveau moteur de développement

Les énergies renouvelables au Maroc, nouveau moteur de développement

En partenariat avec la fédération de l’énergie, et en présence de Fouad Douiri, ministre de l’énergie, des mines, de l’eau et de l’environnement et de Ali Fassi Fihri, directeur général de l’Office national de l’eau potable (ONEP) et de l’Office national d’électricité (ONE), la Société d’investissements énergétiques (SIE) a organisé, hier à Casablanca au siège de la CGEM, un séminaire d’information sur les énergies renouvelables sous le thème «Développement des énergies renouvelables au Maroc: une ambition collective». Une conférence qui a eu pour objectif de mettre la lumière sur le rôle primordial que joue l’énergie renouvelable et qui s’avère être une condition sine qua non pour un meilleur avenir, tant au niveau social, économique et environnemental. «Si nous ne donnons pas l’intérêt nécessaire aux énergies renouvelables, nous risquerons gros». C’est en ces termes là que M. Fassi Fihri s’est exprimé tout en évoquant les apports bénéfiques et les retombées positives que peuvent avoir ces énergies. Cela ne se produira qu’avec une bonne implication engagée de la part des professionnels du secteur. A ce titre, Ahmed Baroudi, directeur, général de la SIE, a mis en exergue le rôle qu’a joué cette société. «Créée en février 2010, la SIE, conformément aux orientations de la stratégie énergétique nationale, a visé la diversification des ressources énergétiques, et la promotion des énergies», raconte-t-il, avant de poursuivre que «l’objectif social de notre société concerne les actions d’investissement dans les projets visant l’augmentation des capacités de productions énergétiques».
Même son de cloche pour M. Douiri qui a indiqué tout en appelant à un partenariat du public et du privé que «dans une orientation libérale du gouvernement, et pour le développement d’un mix prioritairement énergétique,  le fossile, l’hydraulique, l’éolien et le solaire doivent être efficacement exploités». Il a également mis en évidence l’importance de la loi 13-09 qui représente «le socle structurant en la matière». Ainsi perçu, les sources d’énergies renouvelables occupent une place de plus en plus importante dans le bouquet énergétique du Maroc. Il a l’avantage, selon les participants à cette conférence de «jouir d’un potentiel particulièrement riche par rapport à d’autres pays». L’exploitation optimale de son potentiel permettra de réduire sa dépendance énergétique et de contribuer au développement du pays. Contribuer à la diversification et à la sécurisation des approvisionnements, maîtriser les coûts de l’énergie et préserver les ressources naturelles représentaient le leitmotiv marquant de cette conférence.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *